Range ta chambre !

Vous en avez rêvé, ils l’ont fait : à l’université de Freiburg, les ingénieurs apprennent à un Nao à ranger sa chambre…

Pour commencer, le robot observe la pièce, et détermine par où il doit commencer, et dans quel ordre faire son rangement. Il va ensuite ranger tous les objets  dans la boîte correspondante, tout en observant son environnement pour s’adapter aux changements si nécessaire.

Le Nao est encore très lent, donc pour l’instant il vaut mieux ranger sa chambre soi-même ! mais on espère que les robots vont vite progresser pour qu’ils puissent faire notre travail !

Roberta : les robots font leur show

Les robots peuvent aider ou remplacer les humains dans de nombreux domaines : en médecine, au quotidien et dans la maison, sur les lignes d’assemblage dans les usines, et pour bien d’autres applications.

Mais de plus en plus, des équipes d’ingénieurs collaborent avec des artistes : on ne parle plus de STEM (Science, Technologie, Engineering and Math) mais de STEAM (les mêmes, avec aussi « Art »).

Des robots qui jouent dans des pièces de théâtre


ABB « Human Interface », pièce pour 2 danseurs et 2 robots industriels

Les robots industriels de chez ABB prennent plaisir dans la danse contemporaine dans la performance moderne “Human Interface”. Le mouvement des robots a éété programmé par le danseur et choréographe Thomas Freundlich grâce au logiciel RobotStudio.

La performance profite de la technologie SafeMove qui permet aux humains d’être en sécurité aux abords de la zone de travail d’un robot industriel.

« Seraph », collaboration entre le CSAIL et la compagnie Pilobus

Ces quadricoptères racontent l’histoire d’une amitié inhabituelle entre des robots et un humain au travers une danse sur une composition de Schubert. (CSAIL)

 « Robots », pièce de théâtre Suisse avec 3 rôles pour des robots, ont été réalisé par un start-up de lEPFL qui s’appelle BlueBotics. C’était le premier spectacle de théâtre au monde à utiliser des robots. Il y avait trois robots qui chacun représentait un type de robot commercialisable: le chien représentait le robot de compagnie, le serviteur représentait le robot de travail, et la danseuse représentait le robot humanoïde. (Olivier Renault)

Tableau ou robot ?

L’Interactive Architecture Lab a créé un tableau qui accroche l’œil : il suit les personnes qui passent dans un couloir et change selon les expressions du visage de la personne qui observe le tableau. Derrière le mur, c’est un robot industriel qui déplace le tableau, et une caméra miniature permet d’observer et d’analyser les expressions faciales des observateurs.

Les robots font le show !

Disney Puppetcopter Maurice

541810_143130395866788_1010962407_n

Un projet de l’ETH et de Disney : un quadricoptère contrôle une marionnette. Le projet serait de construire à long terme une nuée de quadricoptères contrôlant une marionnette géante d’une dizaine de mètres de haut pour des spectacles. (IEEE)

Affichages et dessins par des nuées de robots

Disney Pixelbots, collaboration entre les laboratoires de recherche Disney et le Laboratoire de Systèmes Autonomes de l’ETHZ

Les pixels de cette nouvelle forme d’afficahge sont des petits robots mobiles qui peuvent former des images et animations. Il est aussi possible de dessiner sur un iPad et d’observer les Pixelbots se mettre en formation pour recréer l’image. Ce sont des “pixels avec une personnalité !” (YouTube)

Spaxels : une nuée de quadricoptères crée un magnifique spectacle nocturne, et permet créer des images en pose longue.

Les Spaxels (Space Pixels)  sont des quadricoptères équipés de LED. Ils forment un essaim capable de “dessiner” des figures 3D en plein air. Ils créent une expérience visuelle extraordinaire et ouvrent la voie à une nouvelle dimension d’expression esthétique. (Ars Electronica)

Certains utilisateurs ingénieux ont aussi fait du light painting en programmant la trajectoire et les couleurs d’un Thymio :

multicolor5

Pose longue avec un thymio.

SPARKED

SPARKED : A live interaction between humans and quadricopters.

Le Cirque du Soleil, l’ETH Zurich et Verity Studios se sont associés pour réaliser un court-métrage mettant en vedette 10 quadricoptères dansant. La collaboration s’est soldée par une chorégraphie unique et interactive où les humains et les drones se meuvent en parfaite synchronisation. Les fonctions informatiques précises utilisées permettent de doter les quadricoptères d’un langage scénique et corporel complexe tout en ouvrant la porte à de futures nouvelles applications. (YouTube)

Dans cette réalisation, les robots sont acteurs et personnages à part entière dans le spectacle. L’équipe a dû apprendre à jouer avec les robots : un humain s’adapte aux autres acteurs qui l’entourent, mais pour des robots, les humains doivent s’adapter différemment, et les robots aussi doivent pouvoir réagir.

Technologie

Les quadricoptères sont entièrement autonomes, il n’y a personne qui les contrôle directement. Bien sûr, s’il y a un problème, un technicien peut toujours prendre les commandes. Le comportement du groupe de robots est synchronisé, chacun se déplace en fonction du mouvement des autres.

Art

L’équipe qui a travaillé sur ce spectacle n’a pas seulement travaillé sur les algorithmes pour programmer les robots ! Ils ont consacré une grande partie de leur recherche sur l’apparence des quadricoptères, comment les faire « disparaître », comme pour les transformer en une nouvelle forme d’êtres.

Ils ont par exemple essayé d’attacher des filaments sous les robots pour qu’ils ressemblent à des méduses. L’équipe a trouvé très intéressant de mettre des lumières sur les quadricoptères, et ont ensuite pensé à leur faire porter des abat-jour. Et finalement, pourquoi ne pas créer un atelier entier de lampes de chevet volantes ?

Collaboration

Le scénario a été écrit en collaboration entre l’équipe artistique et les ingénieurs qui programment les robots : ils ont voulu montrer à la fois la grâce d’un ballet aérien et un comportement joueur de ces êtres étranges. Chaque quadricoptère a ainsi un nom (Pomponette et Medusa par exemple), une « personnalité » et une façon de réagir face à l’humain.

Tout comme nous, les robots peuvent entrer en collision avec des objets ou des personnes travaillant sur le tournage. Grâce aux abat-jour entourant les robots, leur entourage est protégé des hélices. L’un des robots est rentré dans une caméra ; une autre fois l’acteur et un robot se sont rentrés dedans, mais toujours sans gravité.

La collaboration entre chercheurs et « créatifs » a permis à l’histoire de se développer avec beaucoup de succès. L’acteur interagit et joue avec les robots de façon très naturelle : ils sont programmés pour avoir un comportement sympathique envers les humains. Robots et homme dansent ensemble, les drones deviennent compagnons de l’homme.

Sources :

Behind the Technology

IEEE Spectrum

Robohub

Continue reading SPARKED