Leaving India

Here it is. After living and travelling nearly 6 months in this crazy country, I’m on my way to cross the border into Nepal.

Before leaving India I was of course over-excited about going to this country I had been dreaming about for such a long time, discovering the lush greenery of Kerala and it’s backwaters, and my internship in humanitarian engineering.

But I was also feeling anxious. A feeling I never really had in my previous years of travel. Why for India then? When I told people back home that I was going to India for an internship, I got two kind of reactions : excited screams of “oh wow that’s so awesome lucky you I want the same that’s so cool!” (mostly from young people and travellers) , or the rather scary “India?! Are you sure?! You’re going to get sick/raped/eve-teased/murdered/stolen… Really, India?! Take care, be careful, never go out on your own…” (mostly from people one generation above and/or who haven’t travelled much). So in my mind I was definitely from the first category of people: I’m going on an adventure! In India! Yaaaaaaaay! But that sticky feeling of going to a dangerous place was still lingering in a corner of my head, and reinforced by the staff from uni telling me it was SO dangerous to walk outside on my own, so imagine travelling!

Well guess what? I’m alive. And I’m doing good! I have only been sick once, and it was not that bad. Someone did touch my bottom on a totally unappropriate way in a crowd, and I hated it. I got some boob/bottom brushes “not on purpose”. But that happened to me and to friends in western counties too. I haven’t been raped or murdered, I’ve fallen in many minor tourist traps but have never lost more that a few euros or hours. I lost a few things but it was entirely my fault, nobody tried to rob me.

Most of the times I did feel safe walking in the streets on my own. I totally felt safe taking night trains and buses. I did many trips solo and stayed on my own in hotels, with no one intruding into my room.

For my safety in India I had to be more careful than back home, and I had to cover my body with far more layers of fabric than I would have done in the scorching heat. Sometimes I invested more money in a better hotel or in a higher class in the train. One day I even payed the hotel and walked out before sleeping there because I didn’t feel comfortable staying there. Most of the times I visited a few different hotels before settling down in the one that felt safest and most comfortable for my budget.
I ate street food (that was very tasty) and in local restaurants, being careful about washing my hands but closing my eyes on the kitchen’s hygiene. As a vegetarian, I never ate meat and if I weren’t vegetarian I would have rather not tried. I drank local “drinking water” and sometimes filtered it myself to avoid releasing plastic bottles in the environment.
I travelled mostly plastic-free, which wasn’t as difficult as I expected and the most responsible way to travel in my opinion in a country that has nearly no waste management facilities.
Sometimes I paid expensive private transportation to avoid being outside on my own in the dark. Sometimes I even did walk on my own at night, but because of knew the place, the atmosphere and felt safe.
Sometimes I did some stupid things that might be considered as dangerous. Like following strangers on the street, talking to people, walking on my own in dark alleys…

But here’s the thing. I didn’t feel physically threatened like I did taking the metro in Paris in the evening. I didn’t feel afraid for my belongings like in the bazars in China. I didn’t feel that people from the tourist industry, even though pushy and annoying, we’re going to rip me off as much as in China. I wasn’t scared of violence like in the streets in Brazil.

India has taught me so much about how to be myself. I had to fight every day for my personal space, I learned how to say no, I don’t feel guilty anymore walking out of a hotel or restaurant if I don’t like it too much. I had to be assertive. No I don’t want a selfie with you, no I don’t want to visit your shop, this price you’re calling is way too much and please let me just walk on my own. I learnt how to negotiate prices and be happy with the deal. I’ve learnt how to accept decisions that were probably not my favourite choice but best in terms of safety, money or planning.

India has shown me tolerance. In many places there were Hindus, Christians and Muslims all in the same places, temples just besides each other and women wearing headscarvesor hijab, men wearing kippas and turbans, and nobody cared about each other’s religion, they just asked by curiosity. Whatever you need to buy, you can get a good price if you know how much you want to pay. As for hotels, you call your price and it’s probably going to work out.
India is hectic but somehow flows. There’s no way to find the bus schedule but if you walk to the station your bus is just there and leaving in 5 minutes. The trains are almost always late and a mess to book but you can comfortably and very cheaply travel across the country while keeping a low carbon footprint. There’s no traffic rules but few traffic jams. The thing is to surrender and go with the flow. You can’t have a plan, India has a plan for you.

Actually I loved travelling India, both solo and with friends and my mom. I loved most of the places and moments. But sometimes I felt so overwhelmed by the noise, crowd, air pollution and dirt that I just wanted to curl up and cry in a comfortable place and run into the first plane back home. In Gujarat, out of the main tourist tracks, I was met with joy and curiosity, welcomed into homes for chai, protected by women who didn’t speak the same language… I learnt how to ride a scooter and it became normal to me to ride with a passenger on dirt tracks and dodging cows. I felt almost like a local wearing my shawl as a headscarf, wearing a saree or eating with my hands…
That is if you forget the huge blinking signboard above my head screaming out “TOURIST!!! PLEASE COME TALK TO ME”. Because as a solo women, blonde with blue eyes, I can try to fit in or hide as much as I can I will still be noticed from a distance. And drawing in crowds of people asking for selfies, my country, and my “good name”.

India is restless, India is tiring. They have a different approach to time and comfort. Here it is totally normal to leave or arrive at the railway station at 4am. People don’t mind sleeping on the ground in the middle of a busy street, they don’t mind having bananas for lunch. India taught me how to be flexible. Living outside of my comfort zone for 6 months has made me redefine my own definition of comfort.

There is one thing though that made me hate India. They might say they respect women “mothers and sisters” and blah blah blah but as a person? My social status is always questioned and defined by a man. Are you married? Why not? What does your father do? I felt strong inequalities in places local men claimed the opposite. I felt ignored and left aside in professional relationships. I felt sexualised in an absolutely disgusting way by insistent staring. I felt my freedom was robbed away from me when I had to cover all of my body in the ashram to respect the dress code while men not following it were not even frowned upon. I felt my freedom was stolen when I was walking on magnificent beaches and couldn’t swim because I knew it would draw a crowd to me. I felt exhausted by having to tell men ALL THE TIME that no I did not want a romantic or sexual relationship even though I’m single. I felt disrespected when Indian men kept sending me messages on social media to try to meet me saying I’m sexy. I felt disrespected when the male workers building my prototype didn’t even LOOK at me, let alone say hello or talk about my design. I felt disrespected when lines of men stood in front of us, or hid in the bushes at the beach to stare at us. I felt disrespected by the people sneaking pictures of me or shoving a phone in my face saying “one picture?”.

This was the most difficult and tiring part of my time in India. I felt it was easier when travelling with other people, especially with a man.
But I also felt complicity with the local women. When I was totally let down in the workshop, the Tamil women called me to sit down and have chai with them, even though we couldn’t speak the same language. Women always helped me fix my clothing, one lady even stopped another one in the street to pin Audrey’s saree! In the Muslim neighbourhoods I felt very safe and welcome, women smiling at me and protecting me from intrusive men if needed. I felt safe when I was travelling and staying in the ladies only waiting rooms or train wagons. I felt a kind of sisterhood taking care of me.

India, you have challenged me and left me in awe. You have destroyed many of my beliefs, you have been hard on my emotions. But most of all you have built me.
To all the people who told me I shouldn’t go or travel on my own, thank you for your concern, I have been well. I had to pay more attention to my safety, but I never felt dangerously threatened.
To my family and friends and everyone who supported me, thank you! I’m so glad I came here and travelled this country to explore myself.
To all the women who want to travel to India, do it. It is not an easy country, but it’s amazing. Take care, don’t mind spending some money on your safety and learn how to say no. And enjoy!

Deux touristes au Nord de l’Inde !

Pour ses vacances d’hiver, Audrey m’a rejointe en Inde. Je l’ai convaincue par l’argument du voyage au chaud, et je l’ai fourbée en l’amenant au nord 😈 Enfin, tout est relatif, la journée il faisait toujours au dessus de 25 degrés, mais les nuits ça caillait, surtout qu’en Inde ils on pas l’air d’avoir compris le concept de fenêtre qui ferme, de couverture dans le lit ou de chauffage. Nos sacs de couchage étaient nos meilleurs amis !

Un peu frisquet au bord du Gange à Rishikesh !
Un peu frisquet au bord du Gange à Rishikesh !

Notre voyage a commencé à Dehli, où, à cause de la pollution, on avait décidé de passer le moins de temps possible. Avec mes allergies, hors de question de rester plus de quelques heures dans une des villes les plus polluées du monde ! D’ailleurs, pour me prouver que c’était le bon choix de partir, j’ai très rapidement ressenti les symptômes : mal de tête, gorge qui se bloque, yeux et gorge qui piquent.. Très peu pour nous !

Arrivée à Dehli.. ça pique vite la gorge et les yeux !
Arrivée à Dehli.. ça pique vite la gorge et les yeux !

J’arrive en train de nuit, Audrey en avion, et je la rejoins à l’aéroport. On retourne au centre ville en métro, que je trouve étonnamment moderne par rapport à tout ce que j’ai vu jusqu’ici en Inde.
Dès la sortie, un peu perdues, on se fait embarquer par un type qui veut nous vendre des tickets dans son bus privé jusqu’à Rishikesh, notre première destination. On se dit que ce sera plus rapide et plus confortable que le bus gouvernemental et on accepte. Avant le départ, on va prendre un petit-déjeuner/repas de midi, et Audrey se méfie de tout : le lavabo, l’eau… elle n’est pas encore habituée à l’hygiène indienne et ce serait bête de tomber malade !

Le Nord, ça ressemble vachement plus à l'Inde comme on l'Imagine ! Du coup moi ça m'amuse et Audrey n'est pas déçue :)
Le Nord, ça ressemble vachement plus à l’Inde comme on l’Imagine ! Du coup moi ça m’amuse et Audrey n’est pas déçue 🙂

Notre bus prend BEAUCOUP plus longtemps qu’annoncé. On aurait dû s’en douter. L’arrivée à quatre heures de l’après-midi était un doux mirage, et on arrive à Haridwar, une importante ville dans la religion Hindoue, après le coucher du soleil. La ville a l’air sympa, et on décide d’y passer la nuit. On vise un hôtel recommandé par le Lonely Planet, mais quand on arrive le prix a augmenté de 50%! On décide de visiter des hôtels autour, mais au final entre les blattes et la saleté, on retourne au premier et on négocie la chambre au prix voulu.

Haridwar, un lieu sacré à la source du Gange dans l'Himalaya, les pélerins viennent se baigner dans l'eau glaciale...
Haridwar, un lieu sacré à la source du Gange dans l’Himalaya, les pélerins viennent se baigner dans l’eau glaciale…

Haridwar se trouve au pied de l’Himalaya, à la source du Gange. Le matin, on se balade dans les rues en direction du Gange et on achète des bandes et fruits secs dans la rue en guise de petit déjeuner. Sur la route, on rencontre tous les clichés sur l’Inde : des vélos-rickshaw, des vaches, des hommes saints avec la peinture sur la tête, des mendiants, des marchés colorés… Et très peu de touristes !
Arrivées au bord du Gange, on en prend plein les yeux : les gens se baignent dans le fleuve sacré, lavent leurs habits, posent des offrandes de fleurs et de tissus colorés sur l’eau turquoise… C’est beau à voir ! Après avoir mangé à midi dans un petit restaurant local, on reprend la route direction Rishikesh.

Bonne atmosphère à Rishikesh !
Bonne atmosphère à Rishikesh !

Rishikesh est connue pour être la capitale mondiale du yoga ! Après des embrouilles de tuktuk, on prend le pont “piéton” (sur lequel des mobylettes nous explosent les oreilles à coups de klaxon) et on part à la recherche de notre prochain logement. Encore une fois, on a quelques adresses à visiter. Mais c’est le week-end en période touristique, et tout est plein. On s’arrête dans un hôtel sympa qui fait du yoga, c’est le seul qui a encore une chambre de libre à prix raisonnable !

Pendant trois jours, on profite du calme, on se promène un peu autour, on se fait un massage, et du yoga tous les jours. On assiste à un cours d’acro-yoga, une discipline qui mélange yoga, acrobaties et massage. C’est hyper sympa ! On repart avec un nouveau répertoire de figures et des courbatures aux fesses.

Petite session d'accroyoga, on finit dans tous les sens !
Petite session d’accroyoga, on finit dans tous les sens !

Les transports en Inde n’étant pas une chose facile, on a le choix entre les lents bus publics, les bus privés où on se fait arnaquer à tous les coups, ou les trains avec des horaires inimaginables et difficiles à réserver. Du coup on passe un peu plus de temps que prévu à Rishikesh, et on décide de réserver un train “de nuit” pour Agra, où se trouve le Taj Mahal. Le monument iconique de l’Inde se prête le mieux à la visite au lever de soleil, quand la foule n’est pas encore levée. Notre train est supposé arriver à 3h du matin, et avec un retard moyen de 2h on se dit que c’est parfait.

On part de Rishikesh en milieu d’après-midi, et ça recommence avec la traversée du pont, les négociations de tuktuk, le bus public… Et là : crash ! Juste avant d’arriver à notre destination, on a un accident. Pas de souci, on avançait lentement et on voyait la collision arriver de loin, mais entre la jeep qui nous faisait face et le bus aucun n’a voulu céder son espace sur la route. La tôle se froisse juste sous notre fenêtre. Mais personne ne semble choqué. On décide de finir la route en tuktuk, ce serait dommage de rater notre train !

Train de nuit pour Agra : on a réservé en liste d'attente mais le wagon était vide !
Train de nuit pour Agra : on a réservé en liste d’attente mais le wagon était vide !

Bizarrement, notre wagon est presque vide. Pourtant, quand on avait réservé nos billets c’était sur une liste d’attente confirmée le jour même, mais il y avait manifestement encore beaucoup de place ! On se couche à 19h histoire de dormir un peu avant notre réveil très matinal !

Notre train n’est pas en retard. C’est la première fois que ça m’arrive après cinq mois en Inde ! Mais à 3h du matin dans une gare indienne, qu’est ce qu’on va bien faire ? On pose le camp dans la salle d’attente pour femmes, on étale nos matelas au sol pour gratter encore un peu de sommeil. A 5h30, on se relève et on se prépare : Taj Mahal, nous voilà !

Notre campement dans la salle d'attente
Notre campement dans la salle d’attente “Ladies Only” à Agra…

On a bien fait d’arriver tôt : il y a déjà du monde ! On prend nos tickets et on se met dans la file pour femmes la plus courte : personne ne sait vraiment où on est censées attendre. Une fois un contrôle des billets incroyablement lent et une sécurité passée, on peut enfin s’approcher de la merveille architecturale ! D’ailleurs, à la sécurité, ils m’ont pas laissé passer ma grenade. Par contre avec un petit tour de passe passe, le couteau suisse, il est rentré !

On s’approche du Taj Mahal avec impatience : le soleil est en train de se lever, la foule de gonfler, et comme tous les touristes présents, on voudrait des photos avec personne dessus ! On prend la pose devant Aline, une photographe russe rencontrée à la gare, qui s’occupe de nous prendre des fabuleux clichés.

Le fameux Taj Mahal !
Le fameux Taj Mahal !

Au Taj Mahal, il y a aussi une mosquée et quelques autres bâtiments qui sont magnifiques. Construits en pierre rouge, ils sont également magnifiques mais le Taj Mahal attire évidemment toute l’attention.

Ca se voit qu'on est heureuses d'être là ? :)
Ca se voit qu’on est heureuses d’être là ? 🙂

On prend un bon petit déjeuner, puis on repart directement pour notre prochaine destination. On se fait emmener par un chauffeur de rickshaw à une station de bus privé, mais c’était pas la meilleure idée qu’on aie eue. Le trajet en bus est interminable, sans pause pour les repas ou toilettes mais d’innombrables petits arrêts pour prendre et déposer des gens. Dans ce bus, on a eu droit à tout ! Des familles entières qui partageaient une banquette, des enfants qui venaient vendre des bouteilles d’eau et du popcorn, une fenêtre qui s’ouvrait toute seule, un voisin qui ronflait comme un camion, un télé-achat en live… Incroyable !

Après quelques heures de trajet, on avait vraiment envie de faire pipi. On demande à l’assistant du chauffeur quand on s’arrête, mais il a pas l’air d’avoir envie de nous écouter. On lui demande à nouveau, et cinq minutes plus tard, le bus s’arrête soudainement au bord de la route, il crie quelque chose en hindi, et tout le bus nous regarde en se marrant. Je suppose que c’est l’arrêt pipi pour touristes !
On sort du bus en courant, et on se cache tant bien que mal dans les buissons, avec une vingtaine de paires de yeux posés sur nous. Est-ce qu’on devrait se sentir en danger ? Avec autant de gens qui nous surveillent rien ne peut nous arriver ! On revient dans le bus en rigolant, en attendant maintenant la pause “de midi”.

Traffic Indien : on a doublé une charette tirée par un chameau !
Traffic Indien : on a doublé une charette tirée par un chameau !

On arrive à Jaipur bien au coucher du soleil. Jaipur c’est la dernière destination du “Triangle d’or” : Delhi, Agra, Jaipur. On est donc encore dans une zone bien touristique. Encore une fois, on se fait embobiner par un chauffeur de rickshaw. Il nous amène à un hôtel assez moyen mais dans notre budget, et nous propose de nous conduire le lendemain pour visiter la ville. Les attractions sont toutes un peu loin les unes des autres, et on a pas beaucoup de temps donc on négocie un prix raisonnable et on accepte.
Une fois les négociations conclues, il nous conduit à un restaurant “pas loin” et nous apprend qu’il ne sait pas lire et écrire, qu’il vient de la campagne, qu’il aimerait rendre visite à ses amis en Arabie Saoudite… Très intéressant !
On boit un chai (thé au lait épicé) dans la rue, et tout le monde nous regarde.

Notre chauffeur de tuktuk nous a offert de fleurs... pour nous attendrir avant de nous amener faire les magasinc commissionnés ?
Notre chauffeur de tuktuk nous a offert de fleurs… pour nous attendrir avant de nous amener faire les magasinc commissionnés ?

Le lendemain, on essaie de se lever tôt pour voir autant de choses que possible ! On commence notre journée par la visite d’un mausolée magnifique, caché entre les montagnes et une grande muraille. Il n’y a personne, on peut en profiter pour explorer et prendre plein de photos !
Ensuite, on se dirige vers le fort. Il est gigantesque et on passe des heures à monter et descendre des escaliers, explorer des pièces vides, découvrir des vitraux et sculptures… Tout ça loin des groupes de touristes qui semblent rater la partir la plus intéressante de la visite.

Notre petit mausolée privé, qui voudrait du Taj Mahal quand on peut avoir ça pour nous toutes seules ?!
Notre petit mausolée privé, qui voudrait du Taj Mahal quand on peut avoir ça pour nous toutes seules ?!

On commence à avoir vraiment faim, et à la sortie du fort, on demande à notre chauffeur de tuktuk de nous amener quelque part pour manger. Sur la route, on admire le palace sur l’eau et on prend quelques photos. Notre chauffeur nous pose dans un resto hors de prix, et on reconnaît des touristes croisés avant à l’intérieur. On ressort, un peu énervées, et on lui demande de nous emmener dans un endroit pas cher. Le thali n’est pas sur la carte, et il annonce le prix après avoir demandé au serveur. Je suis à peu près sûre que le prix est gonflé par une commission… Mais au moins c’est bon !

On fuit les guides et on part explorer le Amber Fort toutes seules, comme des princesses dans un labyrinthe !
On fuit les guides et on part explorer le Amber Fort toutes seules, comme des princesses dans un labyrinthe !
Ma photo préférée du fort : des fenêtres visiblement choquées par ce qu'elles ont vu !
Ma photo préférée du fort : des fenêtres visiblement choquées par ce qu’elles ont vu !

Après manger, il nous amène dans une boutique de tissus qui fait de la peinture sur tissu avec des blocs de bois. Ils nous font une petite démonstration du procédé puis on explore la boutique avec les mains, en caressant les tissus qui ont tous des textures différentes, dont beaucoup qui sont très doux.

La veille, en nous expliquant ce qu’on pourrait visiter, il nous avait parlé d’artisanat local fait par des femmes dans des villages, mais au final il nous a seulement amenés dans cette boutique où il aurait sûrement eu une grosse commission sur la vente. Après ça il nous amène dans un magasin d’épices et thés avec des prix incroyablement élevés, puis il veut nous amener dans des magasins d’argent et de tapis. Ça suffit ! On est pas venues ici pour faire les magasins et acheter des carpettes ! À ce moment là, j’étais vraiment énervée contre notre chauffeur. Hier, il était super sympathique et une fois l’affaire conclue il essaie de nous soutirer encore de l’argent en nous promenant dans des magasins au lieu d’aller faire des visites !

Photobombée par une vache !
Photobombée par une vache !

On conclut notre journée par la visite d’un autre mausolée, le superbe palais des vents et le temple du soleil qui surplombe la ville. Quelle journée ! Fatiguées, on rentre à l’hôtel et on se débarrasse de notre chauffeur pour aller dîner avec le voyageur canadien rencontré au petit déjeuner.

On décide de repartir en bus de nuit le lendemain soir. Avec 7h de route, autant ne pas perde une journée ! On trouve un café super agréable avec un jardin pour le petit déjeuner, puis on va se promener à pieds dans la cité rose. On s’amuse à traverser les bazars et explorer les boutiques, on s’arrête pour un tatouage au henné fait par des jeunes hommes dans la rue qui étaient très doués, et on visite quelques monuments. C’est une façon différente de voir la ville, et je suis heureuse d’être libre de décider où on va !

Tatouage de paons typiques de la région du Rajasthan !
Tatouage de paons typiques de la région du Rajasthan !
Tailleurs de pierre !
Tailleurs de pierre !

Le bus de nuit, c’était une sacrée aventure ! Comme d’habitude, j’essaie de ne pas boire trop pour éviter d’avoir envie de faire pipi, mais pour Audrey ça suffit pas, elle harcèle le chauffeur pour avoir une pause, éteindre les lumières… Et notre fenêtre ferme mal. On a un super courant d’air, et malgré les sacs de couchage on est vite congelées. Même la fenêtre fermée a une ouverture de 3cm et tremble bruyamment. Le chauffeur nous conduit à toute vitesse, on est pas rassurées ! On se fait réveiller par un indien, qui vous demande, hilare : “why you sleeping?!”, pourquoi vous dormez ?! Tout le monde est déjà sorti !

Jodhpur, la ville bleue. La vue de la terrasse de notre hotel est pas mal :)
Jodhpur, la ville bleue. La vue de la terrasse de notre hotel est pas mal 🙂

Arrivées à Jodhpur, on se fait arnaquer par un tuktuk qui nous demande trop d’argent mais on a pas la force de discuter plus. On demande à se faire déposer au pied du fort, là où il y a de nombreux hôtels. Une fois encore, c’est le week-end et c’est plutôt plein, mais après avoir visité quelques hôtels on en trouve un qui a une chambre adorable à notre budget, avec de l’eau chaude qui fonctionne !

On prend le petit déjeuner sur la terrasse du toit, et on se régale de la vue sur le fort et la ville bleue accompagnée d’un muesli aux fruits frais. Une fois remplies d’énergie, on grimpe jusqu’au fort qui exhibe une riche exposition, surveillée par des gardes en turban. La vue est magnifique.

Chameau typique du Rajasthan, j'adore.
Chameau typique du Rajasthan, j’adore.

De retour dans la ville, on se fait avoir par des vendeuses de sari qui nous enroulent dans leurs magnifiques étoffes, et on ne peu pas résister, on en achète chacune un ! Après manger, on s’habille comme on peut dans nos saris et on part explorer les marchés aux épices. Les locaux nous regardent en rigolant, et Audrey se fait vite rhabiller dans la rue, par une dame qui en arrête une autre pour lui emprunter une épingle ! D’autres locaux nous regardent en souriant, et beaucoup nous complimentent. Des hommes nous demandent si une indienne nous a aidées à mettre nos saris. Une femme ne nous demanderait pas ça : ça se voit qu’on n’est pas encore expertes !

Sur le chemin du retour, une petite fille commence à nous parler puis nous invite à prendre le chai chez elle. Sa maman nous accueille fièrement, complimente nos saris et fronce les sourcils quand on annonce le prix qu’on a payé. Un prix de touriste. On a payé 5CHF pour les deux, mais ici c’est déjà une grosse somme d’argent, le salaire d’une journée pour un ouvrier !
Notre hôte nous quitte pour cinq minutes, puis revient vêtue d’un magnifique sari. Notre rencontre se transforme en séance photo improvisée sur son toit !

Neeta nous a accueillies chez elle pour un Chai et une session photo improvisée sur le toit !
Neeta nous a accueillies chez elle pour un Chai et une session photo improvisée sur le toit !

Le lendemain, on explore les ruelles de la ville bleue, et on s’extasie devant les magnifiques maisons et peintures. On prend le bus aux alentours de midi pour Udaipur, et une fois encore, on s’est fait avoir ! Le chauffeur nous annonce que nos sièges sont sur une minuscule banquette coincée au fond du bus. Heureusement, des indiens nous proposent d’échanger nos places avec eux. Sympa !

On arrive à Udaipur bien plus tard que prévu, comme d’habitude. Un tuktuk nous conduit jusqu’au centre, et comme il est déjà tard on évite de trop se promener et on décide de s’arrêter dans un Haveli, un bâtiment avec une cour intérieure plutôt stylé avec une chambre à la propreté douteuse mais pas chère. La famille propriétaire est adorable en revanche, en on se régale d’un thali sur le toit avec vue sur le palace.

Udaipur, encore une ville de palaces et de Maharajas...
Udaipur, encore une ville de palaces et de Maharajas…

Plus qu’une journée pour explorer Udaipur ! Comme c’est une ville bien touristique, on a le choix dans les cafés proposant des bons petits déj européens. On se pose sur le toit d’un haveli avec vue sur le lac, en on déguste des pâtisseries accompagnées d’un bon thé.
Après ça, on part à l’exploration d’un superbe haveli au bord du lac, qui a une collection de marionnettes, une exposition de l’aménagement de l’époque des Maharajas et une fantastique collection de turbans !

Une magnifique collection de turbans et le plus grand turban du monde !
Une magnifique collection de turbans et le plus grand turban du monde !

A midi, on trouve un restaurant qui propose pizzas et salades illimitées pour 140 roupies ! On se demande où est le piège… Dans cette ville, tous les repas indiens sont plus chers ! Du coup on s’arrête là et on s’explose le ventre avec les délicieuses salades et quelques parts de pizza à l’indienne.

Plus que remplies, on se traîne jusqu’au magnifique palace, où pour avoir le prix étudiant on doit visiter le bureau d’un responsable avant de retourner à la caisse. Heureusement que personne n’a essayé de comprendre la date de validité de ma carte étudiant, qui indique en français “valable jusqu’à septembre 2016“.

Exploration de Havelis, ça me plairait bien d'être une princesse ici !
Exploration de Havelis, ça me plairait bien d’être une princesse ici !

Le Palace est magnifique, et une fois encore on se dit qu’on devrait être des princesses pour avoir une maison comme ça. Les vitraux, les peintures, les sculptures… Tout est extrêmement détaillé et coloré, on adore !

Déjà dans une peinture de 1930, il y avait une TOURISTE ! :O
Déjà dans une peinture de 1930, il y avait une TOURISTE ! :O

On finit la journée par une performance culturelle : danses, marionettes et théâtre, on rigole bien !

fassil
fassil

Le lendemain, c’est déjà le départ vers le sud ! On prend l’avion pour Mumbai, puis Chennai et enfin un bus pour Thiruvanamalai où se déroule le Arunachala Soul Fest, un festival d’arts, yoga, médiation et expression corporelle au pied de la montagne sacrée du même nom !

Un festival incroyable de découvertes spirituelles, d'expression corporelle, d'arts et méditations...
Un festival incroyable de découvertes spirituelles, d’expression corporelle, d’arts et méditations…

Travel diary : Bhuj

Well, this could almost become a habit: visiting a place for a few days then writing a post on the night bus to the next place! Uploading the pics from my phone is a pain is the backside though.

Sleeper buses are a pretty convenient way of travelling! Plus landscapes and sunsets are nice through the private window.
Sleeper buses are a pretty convenient way of travelling! Plus landscapes and sunsets are nice through the private window.

So in my short Gujarat trip, my last stop was Bhuj, the capital of the Kachch region famous for its handicrafts. I bought a new t-shirt there, with a cool fabric and embroidery! Mum will be proud of me (as soon as I ditch my horrible grey t-shirt).

My night bus arrived early. At 6am, we stopped at the bus station, the sun had not even risen yet! I hitched a ride on a Tuktuk with a mother/daughter Aussie couple, and crept into the City Guesthouse. Luckily, I was able to check in early morning!Typical in Bhuj: an Oxford with fancy horns pulling a cart on the road. I've also seen donkeys, and even a camel!

After a nap and a shower (bucket of warm water thrown over my head), I decided to go get some breakfast : I skipped dinner because of the night bus and was hungry!
Unfortunately, I still haven’t figured out the workings of Indian cities, and could not find a single place open serving breakfast… I settled for some street food called Dabeli, a kind of burger with spicy mashed potatoes and peanuts. It was super delicious but was so spicy it gave me hiccups! My stomach was also quite unhappy about the spices at that time if the day.

Near our guesthouse, there is a tea place in which I sit down to analyse the map. I meet a French traveller, who gives me some advice on the places to go and also recommends me to take a bus to a coastal city in the south as a day trip!

Just your typical city centre sights: buffaloes bathing in what is supposed to be a massive lake, but is empty because of the absence of monsoon...
Just your typical city centre sights: buffaloes bathing in what is supposed to be a massive lake, but is empty because of the absence of monsoon…

I start my visits in the neighbourhood and go visit the Prag Mahal and Aina Mahal, two ancient palaces in a mixed Indian and Western style. The place has been severely damaged in an earthquake in 2001 and it was shocking to see the poor condition of the buildings! Arches were out of place, cracks stroke through the walls and columns seemed to have become too weak to support anything…
Inside of Aina Mahal was a poorly maintained collection of old things, chandeliers and mirrors. Inside of Prag Mahal there was a very fancy dining room, chipped ceiling paintings, decaying hunting trophies and stuffed animals… I climbed up the clock tower and had a great view over the city.

Destroyed buildings...
Destroyed buildings…

Next thing to visit was the amazing Swaminarayan Temple! This bright white building was all I expected from India! Old architecture, temples, intricate carvings… It was beautiful! It looks bigger than it is on pictures, and apart from all these columns and a nice chandelier there’s nothing inside so it was a quick but magnificent visit!

Escaping to Mandvi

Mandvi Palace!
Mandvi Palace!

As recommended by my new friend, I made my way to the bus station (where dozens of locals came very close to stare at me for a while) and got on the bus to Mandvi, a small coastal town where they build wooden ships.
I visited the palace, which wasn’t that impressive inside: it looked pretty much like my grandmother’s living room. But the building itself was great, and the walk back on the beach was awesome!

Such a nice sunset on the beach! But then I had to rush to be a acknowledgement before dark.
Such a nice sunset on the beach! But then I had to rush to be a acknowledgement before dark.

 

By a very random sequence of events, I found myself trotting on a camel, scaring flamingoes off the beach! Amazing things like that happen when you travel!

Haha, camel!
Haha, camel!

So I was about to walk back from the Palace to the town, a 5km walk on the beach. Unfortunately I took a wrong turn and found myself on a private beach I wasn’t allowed to access. I insisted that I only wanted to walk to the private beach, and they let me through.
On the beach, there was a camel who seemed to be sunbathing! I laughed, took a picture, and when the owner noticed me he called me to come closer and hop on for a picture!
That is how, suddenly, I found myself riding a brightly decorated camel! And then, we started walking towards the shore, and then trotting! In the distance, I noticed some pink flamingoes and as we ran towards them, they started taking off in a flock toward us! What an amazing moment!
I soon realised that riding a camel was even more uncomfortable than I remembered from Mongolia, it is totally different from riding a horse! It feels like it will fall down with each step and it is quite a rough ride.
I was presented with a horse, very brightly decorated itself, and offered to ride it too. As I noticed they had prepared it just for me I accepted. After all, why not!

After this incredibly fun interlude, I started off on my walk back to Mandvi, hoping to make it back before sunset. The walk was very peaceful, as the beach was desert and clean. I enjoyed being by myself and singing, while avoiding to walk on jellyfish. At some point there were some men drinking and smoking on the beach. I politely but firmly refused their company and kept on walking.
When I was approaching Mandvi, I suddenly realised I was stuck: as the tide was coming up, a river had formed on the beach, and I couldn’t easily cross. I packed my bags, removed my leggings, folded up my dress and walked through the river, glad the current wasn’t too strong! Made it!

I sped up to reach Mandvi before dark, and was rewarded by a great sunset. After some street food snacks, I’m on the bus back to Bhuj. Definitely a great escape from the city!

The following day, I visited another palace called Sarad Bagh, which had also been destroyed by the earthquake. Inside, there were several huge stuffed tigers and some great pieces of artwork.

I also visited the Chatedi tombs, some ruins which were even more put to ruins with the earthquake!

Ruins and maharajas at Chatedi tombs: this is India!
Ruins and maharajas at Chatedi tombs: this is India!

 

That was enough of exploring for me, but from discussions with travellers who had been staying there for a while there is plenty more to do, especially visiting nearby villages and handicraft places!

3 months in India

*Wow, I’ve been sick than travelling and haven’t had time to write this article! Now it’s been over 4 months but this is about my third month living and studying in India!*

Hey! It’s been 3 months that I have been living in India, and I am really feeling now all the contrasts that so many people talk about… especially when that feeling that the place is stuck 50 years back in time while people have access to technologies, smartphones, etc.  I used to notice the litter and be “sad but whatever” and now I feel so disgusted by all the trash in nature, especially along roads and railways… how could this ever be fixed?

Becoming local celebrities at a university festival...
Becoming local celebrities at a university festival…

I spent most of this last month in another campus near Coimbatore. With Simona, we were staying at the girls hostel, which was awesome for meeting some very cool Indian girls, making friends and learning more about the culture!

Going to a local beach

The beach was nice, the pervy staring not so much...
The beach was nice, the pervy staring not so much…

One day, we decided to go out and have a swim at the nearest local beach: Dolphin Beach. We had a lot of fun surfing the waves and getting washed out by a few washing machines. The Indians on shore seemed impressed by the fun we were having in the sea, as most of them don’t know how to swim.

While we walked on the beach, we noticed how the thin sand was sticky under our feet, and hoped it was indeed the sand and not something else. The beach was a local toilet; people come here to poop with a view!

When we were about to get dry and dressed, a man lay down a few metres away, tongue stuck out, staring at us. I was feeling totally uncomfortable but didn’t know what to do and turned to my guy friends in despair: “this guy is totally staring at us, it’s disgusting!” To which they replied: “Which one? The guy laying in front of you or the three hidden in the bush?” I thought it was a pretty good joke until I realised it wasn’t a joke…

Maybe it's better to stay in full clothing and fly a kite instead of swimming... There was a nice atmosphere with beach stalls and kites for sunset!
Maybe it’s better to stay in full clothing and fly a kite instead of swimming… There was a nice atmosphere with beach stalls and kites for sunset!

We decided not to change and stay in our wet clothes, and I covered up with my sarong. We walked to the end of the jetty, where people were casually eating ice creams and throwing the wrapping into the sea. Dolphins popped in and out of the waves, as well as cameras around us of local people suddenly feeling an urge to take selfies with a nice background (the Westerners, not the sea!)

3D printing a hand

Look! I made a hand!
Look! I made a hand!

I had a lot of fun 3D printing a hand! It was meant for a prosthetic for a kid in my village who has several limb differences. I started by printing out the fingers, then the palm and then connected everything together with the help of my friend Chris. It was awesome to see it come to life! Well not literally, but it was definitely a cool project to carry on. In the end, I decided not to complete the project as I was missing technical support, medical expertise and experience. If I had at least one of these I think I would have tried taking the project further but I didn’t want to risk hurting the kid or giving him hope and then abandoning him. But it is a project I’d love to try again back home!

Staying in an Indian campus

I was supposed to go to Ettimadai, near Coimbatore, for a couple of days to a week to complete my prototype and testing. Due to unforeseen circumstances such as the death of the Chief Minister and several days of strike, I ended up staying for over 2 weeks! Meanwhile, I made some very good friends on the campus and had a lot of fun with them and Simona!

Travelling with Simona was loads of fun on the train!
Travelling with Simona was loads of fun on the train!

On the day we arrived, there was a “curtain raiser” for a festival happening later in the academic year. There were some food stalls, live music and hundreds of crazy students who taught us some Bollywood dance moves!

I ended up being totally fed up with Indian food. There was no Western Café to cater for our Western cravings and meals were not as enjoyable as before!

Yay, we had pizza! And it was COLD! So cool!
Yay, we had pizza! And it was COLD! So cool!

I wrote about my experience living almost like a student on this article (and scandalised quite a few locals).

We also went out for one day in Coimbatore with Simona and greatly enjoyed our day out!

At the girls’ hostel, we learnt a lot about the Indian life. Especially about arranged marriages, we didn’t think it was that common! Our friends also loved dressing us up in sarees and we also got some beautiful henna tattoos on our hands!

Our new friend Deekshita doing a henna tattoo on my hand!
Our new friend Deekshita doing a henna tattoo on my hand!
I tried to wrap my saree myself: not easy!
I tried to wrap my saree myself: not easy!
Cooking noodles, Indian style!
Cooking noodles, Indian style!

I went with Simona to her village and it was a great experience, I also wrote about it here!

Death of the Chief Minister

Suddenly everyone was watching TV: a lot was going on related to the death of the CM!
Suddenly everyone was watching TV: a lot was going on related to the death of the CM!

While we were in Coimbatore, we learnt that the Chief Minister of Tamil Nadu was in hospital, dying. Suddenly, at meal times, the TV was on and girls gathered around the screen to hear the latest news. On the pictures, there was a huge crowd in front of the hospital. We couldn’t understand what was going on. We did some research on the internet, and learnt that if she died, there would be a several day strike, people would burn cars and buses, some would even commit suicide! Needless to say, when her passing was announced, we were locked up in the campus and our projects were on a halt for a few days. Unlike the rulers of our European countries, the chief minister was lovingly called Amma and people were so upset by her death they would actually commit suicide!

Project?

With all of this going on, my project got late with the prototype building and testing. We had done a first trial that failed. Instead of testing first the tractor then the trailer we tried all the system. A bad idea: the trailer broke and then we couldn’t even test the tractor, which broke too! At that point, I was really annoyed by the quality of the prototype.

I was told the rice seedlings weren’t grown enough for trial of transplanting, so we would have to wait an extra 10 days. But after these 10 days (and the death of the CM) my prototype barely got fixed and we didn’t even go out to the field and try it! This was extremely disappointing for me as I hoped to see my prototype work (or not) but also see the reaction of the local female farmers to it.

With nothing else to do, I also learnt a few new ukulele songs!

I taught a girl how to play while the train was stuck in the middle of nowhere!
I taught a girl how to play while the train was stuck in the middle of nowhere!

And on the train trip back, I played them to some pilgrims while we were stopped in the middle of nowhere!

Back to Amritapuri!

Being gone for that long, I felt like I was coming back home when I reached Amritapuri! Most of my friends were still there and we had plenty of stories to share. It was a great feeling to meet them again!

Amma was back too, and the place was very busy, especially with the Christmas celebration to come! I had loads of things I still wanted to do before my departure, but unfortunately, I got sick…

One morning, I woke up with some terrible stomach cramps. My friend Peppiina was leaving that day, so I tried to go downstairs to say goodbye. But after one flight of stairs, I nearly fainted and retreated to my bed, where I stayed for the following 24 hours. As soon as I got up, I was on the verge of fainting. Whatever I had, I couldn’t get out of bed or eat anything.

I had already been sick in Coimbatore, and for a few days I felt extremely tired and even sleeping 10 hours a night wasn’t enough.

I am still grateful I didn’t catch the worse bugs around!

Once I was feeling better, I attended the RAHA conference about humanitarian robotics and presented a poster about my project, and then my mom came to visit for two awesome weeks of travelling Kerala!

Carnets de Voyage : Diu

Comme j’arrive jamais à prendre le temps de faire des traductions (ni même de publier ce que j’ai de prêt dans mon ordinateur), cette fois ci je vais écrire en français !

Ça fait 5 jour que je suis au nord de l’Inde, dans le Gujarat. Après un mois de voyages dans le sud, j’apprécie le changement de paysages et de températures ! D’ailleurs, en montant au nord, j’espérais vraiment un peu de froid… Pour les nuits, je suis pas déçue mais pendant la journée le thermomètre frise quand même les 30 degrés !

J’avais prévu de passer une journée dans la petite ville portuaire de Diu, et pour cause de week-end, changement de plans et disponibilité des bus je suis restée finalement trois jours ! Bien évidemment, j’avais vu tout ce qu’il y avait à voir au bout d’une journée, pensant partir le lendemain, et au final j’ai eu encore 2 journées de repos forcé, à profiter du calme de cette île.

Vu depuis Diu : la côte du sous-continent et les bateau colorés !
Vu depuis Diu : la côte du sous-continent et les bateau colorés !

Diu est en effet une île, ancienne colonie portugaise et un état séparé du Gujarat. L’influence portugaise se ressent dans l’architecture et le nom des hôtels, autrement c’est toujours très indien mais étonnamment calme ! Les rues sont propres (enfin, relativement au standard indien), il y a peu de traffic et les rues sont vides, mis à part les chiens qui font la sieste au milieu de la route et les vaches qui grignotent les déchets.

Des vaches bosses et des maisons colorées : sympa comme ambiance !
Des vaches à bosse et des maisons colorées : sympa comme ambiance !

Je passe quelques heures à explorer le fort, des ruines de remparts et de tours avec plein de canons. Je passe la plupart de ma visite à éviter les selfies : c’est plein de touristes indiens qui m’ont repéré et veulent tous prendre une photo avec moi ! OK pour les femmes et enfants, pour les hommes je refuse, j’ai entendu des histoires assez malsaines, et ça me met mal à l’aise. Je cache mes cheveux sous mon foulard pour éviter un peu les regards.

J'ai plus de photos avec des inconnus que de photos de moi seule, il suffisait que je m'arrête de marcher pour qu'une horde de touristes se jette sur moi pour demander une photo !
J’ai plus de photos avec des inconnus que de photos de moi seule, il suffisait que je m’arrête de marcher pour qu’une horde de touristes se jette sur moi pour demander une photo !

De retour dans la ville, je m’émerveille devant les couleurs éclatantes des maisons, et les quelques reliques de bâtiments coloniaux. Le mélange entre indien et occidental rend bien, et je trouve un grand plaisir à me promener au hasard des rues. D’habitude, se promener au hasard dans une ville indienne, c’est pas une bonne idée, mais ici je tombe toujours sur quelque chose d’intéressant à voir !

tmp_28422-DSC00019_1-608486231

Au détour d’un chemin, je rencontre des enfants qui veulent que je les photographie. On rigole bien ! Des ados m’appellent de loin pour que je vienne les voir. Elles me montrent leurs tatouages en henné que j’admire : ils sont très détaillés et couvrent tout l’avant bras ! L’une d’entre elles m’ordonne de rester sur place et court chez elle chercher un cône de henné : c’est une sort de pâte à base de plantes qui imprègne la peau d’une couleur marron-rougeâtre, et ça reste en général quelques jours à quelques semaines. En 5 minutes, elle m’a fait un magnifique dessin sur la main. Pour compléter le salon de beauté de rue, elles me peignent les ongles en bleu. De la main gauche seulement, la main droite, on mange avec donc on préfère éviter le vernis !

Salon de beauté improvisé dans la rue ! Après ça les filles m'ont invité chez elles à boire le thé, ravies d'avoir une invitée.
Salon de beauté improvisé dans la rue ! Après ça les filles m’ont invité chez elles à boire le thé, ravies d’avoir une invitée.

J’ai aussi pu visiter des sortes de grottes, au détour d’une promenade. Elles ont été taillées quand les portuguais venaient chercher de la pierre pour leurs contructions, donc il y a des trous un peu dans tous les sens, des ouvertures rectangulaires, des racines qui semblent couler en cascade de ces ouvertures, des ecaliers qui mènent nulle part… Une ambiance vraiment spéciale !

Avec des heures et des heures à “perdre”, j’ai passé du temps assise aux terrasses de restaurant à dessiner et peindre dans mon carnet de voyages. Ça me fait plaisir de retrouver mes aquarelles que j’avais un peu abandonné ces derniers mois !

J’ai aussi passé du temps à la plage, mais malheureusement pas pour me baigner. Diu a quelques plages magnifiques, calmes et propres. Pourtant, personne ne s’y baigne. Quant à moi, j’aurais adoré faire trempette mais de mon expérience des baignades en Inde, je ne voulais pas renouveler ces moments horribles où soudain on se retrouve entourée de dizaines d’indiens qui regardent nos corps comme si on sortait tout droit d’un tournage de film pour adultes. Déjà avec des amis mecs pour m’entourer et me “protéger” je me sentais vraiment mal à l’aise, alors seule, malgré l’appel des plages paradisiaques, j’ai pas voulu aller plus loin que de mettre les pieds dans l’eau.

Malheureusement, pas question de se baigner sur ces magnifiques plages !
Malheureusement, pas question de se baigner sur ces magnifiques plages !

Au moins, ici, les gens sont sympa ! J’ai été choquée (en bien) que personne vienne me harceler à la sortie du bus pour m’arnaquer avec son taxi. D’habitude ça manque pas, et c’est même mission impossible de se défaire d’un chauffeur insistant. A Diu pas une seule fois un chauffeur n’a essayé de me convaincre de monter dans son véhicule. Impressionnant !

Les habitants me sourient par les fenêtres, souvent ébahis de me voir. Les enfant me font des signes timides, les femmes hochent la tête. Presque toujours, ils me disent bonjour (hello ou namaste), souvent ils me demandent comment ça va, et parfois aussi ils me demandent mon nom (“your good name? “) et d’où je viens. Maintenant je ne dis plus que je viens de Suisse, sinon ils sont persuadés que je suis riche. Bon, ici, c’est vrai en quelques sortes… Mais si je dis que je viens de France j’ai moins l’impression qu’ils me regardent comme un compte en banque sur pattes.

Une fois, à la plage, je jouais du ukulele et un gars d’environ mon âge est venu me parler. Il avait les yeux verts, ce qui n’est pas commun en Inde ! On a discuté un peu, et j’ai été agréablement surprise par la tournure de la conversation : tout à fait normale ! Je lui donne le lien de mon compte Instagram (je me suis rendue compte que les indiens aiment bien, comme ça j’ai pas à leur donner mon Facebook), et le soir même, alors que je me disais que finalement certains indiens sont sympa sans paraître pervers/insistants/etc, il m’envoie un message pour me dire combien il me trouvait belle et pourquoi je réponds pas ? Ça fait à peine une heure qu’on s’est rencontrés. Finalement peut être qu’ils sont tous comme ça… C’est vraiment fatiguant !

Malgré tout, sur cette petite île, je me sentais plus en sécurité et moins harcelée que n’importe où ailleurs (excluant les endroits occidentaux comme Auroville), ça fait du bien pour se resourcer ! Je ne savais pas à quoi m’attendre au nord, mais on m’avait dit que c’était pire qu’au sud, niveau regard des homme et harcèlement des touristes… Pour l’instant ça va ! Peut être parce qu’ici il y a tellement peu de touristes qu’ils sont juste méga contents de nous voir, et ne nous considèrent pas comme des distributeurs d’argent.