Category Archives: IDM

3 months in India

*Wow, I’ve been sick than travelling and haven’t had time to write this article! Now it’s been over 4 months but this is about my third month living and studying in India!*

Hey! It’s been 3 months that I have been living in India, and I am really feeling now all the contrasts that so many people talk about… especially when that feeling that the place is stuck 50 years back in time while people have access to technologies, smartphones, etc.  I used to notice the litter and be “sad but whatever” and now I feel so disgusted by all the trash in nature, especially along roads and railways… how could this ever be fixed?

Becoming local celebrities at a university festival...
Becoming local celebrities at a university festival…

I spent most of this last month in another campus near Coimbatore. With Simona, we were staying at the girls hostel, which was awesome for meeting some very cool Indian girls, making friends and learning more about the culture!

Going to a local beach

The beach was nice, the pervy staring not so much...
The beach was nice, the pervy staring not so much…

One day, we decided to go out and have a swim at the nearest local beach: Dolphin Beach. We had a lot of fun surfing the waves and getting washed out by a few washing machines. The Indians on shore seemed impressed by the fun we were having in the sea, as most of them don’t know how to swim.

While we walked on the beach, we noticed how the thin sand was sticky under our feet, and hoped it was indeed the sand and not something else. The beach was a local toilet; people come here to poop with a view!

When we were about to get dry and dressed, a man lay down a few metres away, tongue stuck out, staring at us. I was feeling totally uncomfortable but didn’t know what to do and turned to my guy friends in despair: “this guy is totally staring at us, it’s disgusting!” To which they replied: “Which one? The guy laying in front of you or the three hidden in the bush?” I thought it was a pretty good joke until I realised it wasn’t a joke…

Maybe it's better to stay in full clothing and fly a kite instead of swimming... There was a nice atmosphere with beach stalls and kites for sunset!
Maybe it’s better to stay in full clothing and fly a kite instead of swimming… There was a nice atmosphere with beach stalls and kites for sunset!

We decided not to change and stay in our wet clothes, and I covered up with my sarong. We walked to the end of the jetty, where people were casually eating ice creams and throwing the wrapping into the sea. Dolphins popped in and out of the waves, as well as cameras around us of local people suddenly feeling an urge to take selfies with a nice background (the Westerners, not the sea!)

3D printing a hand

Look! I made a hand!
Look! I made a hand!

I had a lot of fun 3D printing a hand! It was meant for a prosthetic for a kid in my village who has several limb differences. I started by printing out the fingers, then the palm and then connected everything together with the help of my friend Chris. It was awesome to see it come to life! Well not literally, but it was definitely a cool project to carry on. In the end, I decided not to complete the project as I was missing technical support, medical expertise and experience. If I had at least one of these I think I would have tried taking the project further but I didn’t want to risk hurting the kid or giving him hope and then abandoning him. But it is a project I’d love to try again back home!

Staying in an Indian campus

I was supposed to go to Ettimadai, near Coimbatore, for a couple of days to a week to complete my prototype and testing. Due to unforeseen circumstances such as the death of the Chief Minister and several days of strike, I ended up staying for over 2 weeks! Meanwhile, I made some very good friends on the campus and had a lot of fun with them and Simona!

Travelling with Simona was loads of fun on the train!
Travelling with Simona was loads of fun on the train!

On the day we arrived, there was a “curtain raiser” for a festival happening later in the academic year. There were some food stalls, live music and hundreds of crazy students who taught us some Bollywood dance moves!

I ended up being totally fed up with Indian food. There was no Western Café to cater for our Western cravings and meals were not as enjoyable as before!

Yay, we had pizza! And it was COLD! So cool!
Yay, we had pizza! And it was COLD! So cool!

I wrote about my experience living almost like a student on this article (and scandalised quite a few locals).

We also went out for one day in Coimbatore with Simona and greatly enjoyed our day out!

At the girls’ hostel, we learnt a lot about the Indian life. Especially about arranged marriages, we didn’t think it was that common! Our friends also loved dressing us up in sarees and we also got some beautiful henna tattoos on our hands!

Our new friend Deekshita doing a henna tattoo on my hand!
Our new friend Deekshita doing a henna tattoo on my hand!
I tried to wrap my saree myself: not easy!
I tried to wrap my saree myself: not easy!
Cooking noodles, Indian style!
Cooking noodles, Indian style!

I went with Simona to her village and it was a great experience, I also wrote about it here!

Death of the Chief Minister

Suddenly everyone was watching TV: a lot was going on related to the death of the CM!
Suddenly everyone was watching TV: a lot was going on related to the death of the CM!

While we were in Coimbatore, we learnt that the Chief Minister of Tamil Nadu was in hospital, dying. Suddenly, at meal times, the TV was on and girls gathered around the screen to hear the latest news. On the pictures, there was a huge crowd in front of the hospital. We couldn’t understand what was going on. We did some research on the internet, and learnt that if she died, there would be a several day strike, people would burn cars and buses, some would even commit suicide! Needless to say, when her passing was announced, we were locked up in the campus and our projects were on a halt for a few days. Unlike the rulers of our European countries, the chief minister was lovingly called Amma and people were so upset by her death they would actually commit suicide!

Project?

With all of this going on, my project got late with the prototype building and testing. We had done a first trial that failed. Instead of testing first the tractor then the trailer we tried all the system. A bad idea: the trailer broke and then we couldn’t even test the tractor, which broke too! At that point, I was really annoyed by the quality of the prototype.

I was told the rice seedlings weren’t grown enough for trial of transplanting, so we would have to wait an extra 10 days. But after these 10 days (and the death of the CM) my prototype barely got fixed and we didn’t even go out to the field and try it! This was extremely disappointing for me as I hoped to see my prototype work (or not) but also see the reaction of the local female farmers to it.

With nothing else to do, I also learnt a few new ukulele songs!

I taught a girl how to play while the train was stuck in the middle of nowhere!
I taught a girl how to play while the train was stuck in the middle of nowhere!

And on the train trip back, I played them to some pilgrims while we were stopped in the middle of nowhere!

Back to Amritapuri!

Being gone for that long, I felt like I was coming back home when I reached Amritapuri! Most of my friends were still there and we had plenty of stories to share. It was a great feeling to meet them again!

Amma was back too, and the place was very busy, especially with the Christmas celebration to come! I had loads of things I still wanted to do before my departure, but unfortunately, I got sick…

One morning, I woke up with some terrible stomach cramps. My friend Peppiina was leaving that day, so I tried to go downstairs to say goodbye. But after one flight of stairs, I nearly fainted and retreated to my bed, where I stayed for the following 24 hours. As soon as I got up, I was on the verge of fainting. Whatever I had, I couldn’t get out of bed or eat anything.

I had already been sick in Coimbatore, and for a few days I felt extremely tired and even sleeping 10 hours a night wasn’t enough.

I am still grateful I didn’t catch the worse bugs around!

Once I was feeling better, I attended the RAHA conference about humanitarian robotics and presented a poster about my project, and then my mom came to visit for two awesome weeks of travelling Kerala!

7 reasons we wouldn’t want to live in an Indian university campus

Edit: I reverted the title to its original one: “7 reasons we wouldn’t…” instead of “7 reasons not to…” as this article is entirely about our opinion and shouldn’t be understood as an advice article.

Edit 2: I had a great discussion with some important people from the uni, who explained many things I would never have guessed otherwise. I changed once again the title from “we wouldn’t study…” to “we wouldn’t want to live…” as I have rightly been pointed out, most of this has nothing to do with the quality of education but with the accommodation and lifestyle. Once again, this is from a Western perspective and experience so it probably wouldn’t apply to Indian students. I have been told that some people have felt offended by my post: I wasn’t aware of some sensitivities and would like to apologise for being hurtful. I have written this as an insight of what we felt living in this campus and discussing with local students, but did not want to hurt anyone, please do not take this personally , I really do not mean it. 

With Simona, we have been staying at Ettimadai campus of Amrita University for almost 3 weeks. It is about one hour away from Coimbatore (if the train isn’t too late), and basically in the middle of nowhere. We had a lot of fun with the local girls we met at the hostel, who were really cool and taught us a lot about Indian life, even dressing us up in the evening! Although we found it fun to discover hostel life, we often talked about why we could never do what they are doing now: voluntarily put ourselves in this kind of campus for 4 years of studies.

Chloe and Simona with local friends
Getting dressed up by a full team of professional saree fitters. These girls are awesome!

Warning: this article has been thought up by Simona and myself during our long complaints about what we don’t like here; what we say here is from the perspective of us as people used to a certain level of comfort and freedom, and if you don’t come from the same background you might not understand why we’re complaining and there’s a possibility you find this insulting. Sometimes we’re being sarcastic; sometimes we believe there’s a real problem behind.
So hey, whether you feel offended or you totally agree, let’s have a discussion about this!

1. Being denied any kind of responsibility

Students at Amrita University stay in “hostels”, but not our kind of warm and welcoming European hostels with a party atmosphere. Here, the word “hostel” refers to the massive buildings with loads of single rooms or shared dorms. First year students share a room between 3 or 4 people, then they get individual rooms. Students have to be back early in their hostels, depending on the year of studies and gender (see picture below), and are not allowed to stay in friends’ rooms after 9:30pm.

Amritapuri Hostel
Here’s the hostel we’re staying at, with nice mountains in the background! Our hostel has 2 of these kind of wings on either side, and in rows from A to H. That’s approximately 800 rooms! We’re on the furthest side and there’s only one entrance to the building so it’s a long walk around…

Students are generally not allowed to go outside of campus. The campus is surrounded by walls 2 metres high, complete with barbed wire on the top. I know, I know, it’s to protect us from the elephants. But still. If students want to go outside, they need to ask several days before, with written permission from their parents.

Basically, we feel like students are treated as children here.

Edit: cut out some unnecessary complaints. Also, I learnt more about Indian culture, and the kids (as people under 18 years old) don’t have the freedom and responsibilities that we have in Europe, also because of safety considerations. I still feel that student are treated like kids instead of adults, but now I kind of understand  why.

2. Rules are more restrictive for girls

As if it weren’t enough to have super-restrictive rules for students, they make it worse for girls! For example, first semester female students have to be back in their hostel by 8pm, while guys are allowed to stay out until 9pm! Also, these first semester girls are not allowed to go outside AT ALL while guys can ask for a pass. Nope, no days outside in the city, no going back home, please stay inside of your hostel for a semester!

Hostel rules at Amritapuri
A sample of hostel rules. Notice how most time restrictions are more restrictive more girls… I know, the picture is terrible, I’ll try to get another one!

Come on, it’s 2016! The campus feels overprotected and super-secured, why wouldn’t girls be allowed to stay outside of their dorms as long as guys can?

Edit: I could make it more “politically correct” but haven’t received any satisfactory explanation on this one so I’ll leave it like this for now. I still cannot understand this kind of rules. Please comment if you can tell my why it is so!

3. Comfort, or rather the lack of

The hostel rooms are very basic. We were lucky enough to get our own attached bathroom, but this is not the case of most girls here (I’ll just switch to speaking about girls as we didn’t experience the “Boys Hostel”!). Our attached bathroom has a western toilet and a shower above it, with no hot water (well it does get tepid around 11am). The other girls have 3 even more basic bathrooms at the end of each corridor, with an Indian toilet and a tap. A tap. No shower for them, they have to bring their own bucket to “take a bath” as they say.

hostel comfort
What you can expect from your hostel room. We didn’t know about the hot water though!

The beds (“cot”) are basically an elevated sheet of metal with a hard mattress on the top. Some Indians seem used to this, many complain about as much as we do.

There are bugs all over the place and they seem to love our room. We realised that despite being beautiful creatures dragonflies are as dumb as moths when they come hitting our lamp in the evening. Trails of ants cross our room and the corridors. We discover new bugs almost daily! And the mosquitoes definitely love our exotic blood.

Yeah, sometimes the bugs we get are pretty rad.
Yeah, sometimes the bugs we get are pretty rad.

Nothing seems to be ever clean, everything is dusty, even when we try our best. Back at the Ashram, we laughed at the “perfectly engineered stone” a woman was using to smack her clothes clean. But when it was our turn to wash our clothes, we were clueless about how to use this wonder of technology. Give me back my washing machine!

Edit: once again, cut out some unnecessary complaints.

4. Currycurrycurrycurrycurrycurrycurrycurry

You name it. Spicy is on the menu for lunch, dinner and breakfast. I managed to keep up with the breakfast for a while when I had big days at work. But now I can’t do it any more, and we skip breakfast most days. The other options are some terribly un-nutritious white bread with super-sweet jam or biscuits and fruit.

It’s not that the food is not good. But for us, it is always the same thing. Curry and rice. I did come to the point where I recognise the different kind of curries and would be excited if my favourite was served, but it is still the same thing. Rice and curry. We’re craving vegetables by themselves, without being drowned in some spicy sauce. I didn’t miss Western food as much in countries where there was more varieties in the dishes, but here I would love to have a “regular” sweet breakfast and some non-spicy food with fresh veggies from time to time.

campus food with papaya and pineapple
The first meal we got on this campus was delicious, but we never had fruits ever since.

In tea and coffee there is always milk, no way no get your hot drink black. I have to deal with my unhappy stomach quite often as a milk-intolerant-and-mostly-vegan person.
We are not the only ones to complain about the food: most girls, especially from other states, complain about the food. They don’t like it; find it too spicy, or not spicy enough.

Last but not least, we students from EPFL miss our beer after a hard day at work! Alcohol is forbidden on campus, and in some occasions we couldn’t imagine what would happen if it were allowed 😉

5. “Modest” clothing

In Ettimadai campus, the dress code is more relaxed than at the Ashram. However, women are still expected to cover their legs and shoulders outside of the hostel. Inside the hostel, many girls seem to spend days in their pyjamas and never leave the hostel; I would do the same if I had to put on “appropriate” clothes to go outside!

For the guys, it seems to be acceptable that they wear shorts, and some of these look more like underpants! Once again, even though the rules are same for everyone, the guys seem to be freer than the girls in clothing options. The girls complain about their uniform, they say it is not comfortable.

Indian in puffer jacket at 24°C
It was funny to notice that when the temperature drops, Indian pull out their puffer jackets. Even if “cold” is 24°C! That day, we were so happy to feel cool!

The problem with the clothing is the heat. If there wasn’t any dress code, it would make the heat more bearable. And if it wasn’t that hot, I would still be annoyed by having these rules but I wouldn’t complain too much about having to cover myself up.

6. Gender separation

I’m glad I came with a girl-friend here, but we heard many stories about girls coming to uni with their best (guy) friend, and not being able to sit on besides another without being scolded! One girl told us about the “one laptop” rule, which is the distance to be kept between friends of opposite genders.

Simona and guys in the background at Anokha
The moment we experience the most “mixity” between genders was at Anokha festival (see video below!). Girls and guys were casually hanging out and dancing together. We still laughed when noticing the physical proximity with guys 🙂 Also, an hour later (around 8:30pm actually), guards walked through the crowd blowing on their whistles and yelling “Girls back to hostels!”. As usual, the guys were allowed to stay outside and have fun later in the evening.

The girls also told us about arranged marriages. They told us, defeated, that their parents will find a suitable husband for them soon. Our friends don’t seem happy about it, rather resigned. Next generation might be freer to marry whoever they chose in a “love marriage” at least they hope it for their children.

7. The great Firewall of Amrita

Once we managed to get internet access, we discovered there was a great censorship on websites classified as “entertainment and arts”. That means no ukulele tabs, no “opinion” websites talking about the news, no sports coaching websites… I couldn’t even access my bank or the Creative Commons website when I was looking up open source licensing! Surprisingly, we could still access Facebook, YouTube and eBay… but not Skype, WhatsApp pictures, etc.

censorship at Amrita university
Seriously, not even this website about Open Source licensing? I am very disappointed…

As I had to go to IT to ask them to unlock my bank’s website, I asked them what the firewall was for: “to block porn”. Okay. Even though I find it abusive, I could understand the block on “entertainment”. But arts?! What is that for?

Anyway, the wifi often happens to be not working at all, and with the frequent and long power cuts we have other problems too.

So these were our main reasons for definitely not wanting to study here for an extended period of time! I hope you are not too shocked or upset about what you just read! Please feel free to comment 🙂

Edit: more than feel free, please do comment if you can explain any of these things that we couldn’t, or if I said something very offending without realising it!

Village Visit #2

Today I had the great opportunity to go to a nearby village with my friend Simona, who is studying medicinal plants in rural areas. A local student was escorting us for translation, as the villagers speak Malayalam and Tamil but no or little English. He addressed us as “sister”, maybe our Western names were too complicated?

Children presenting plants to an old man in rural india village while international and local students do research about plants
While Simona was interviewing this old man (he is 100 years old !), the kids were running around teasing me and picking up the plants the man asked for. And I had nothing else to do except taking pictures 🙂

Not long after we sat down at the medicine man’s place, we saw kids approaching the hut to have a look at us then run away. Slowly, the approached us, sat down a dozen of metres away, and yelled at us, pointing at the dog: “very danger! very danger!”. We laughed, the dog hadn’t moved since we arrived. Growing bolder, a kid more fluent in English asks us “What’s your name?” to which we answer “Simona and Rosanna!”. I have taken the habit of switching names according to countries, especially here as almost all Indians, even those who are fluent in English, can’t seem to be able to pronounce “Chloe” properly. I always end up being called with a name that I can’t recognise, and that actually sound closer to the Swiss-German word for “toilets” than my own name.

But the kids pick up Rosanna easily, and call me around: “Rosanna sister! Come!” and proudly show me plants, friends and siblings. The kids were very welcoming and want me to take pictures of everyone, as they recognised me as a “photographer”!

henna tattoos on girl's hands
This girl was beautiful, but didn’t want her picture taken. Here she shows the henna tattoos on her hands, which looks way more colourful than ours we had done last week!

Once the interview with the old man was concluded, we walked into the village, following the kids. On our way, we met a lady in her 90s, who was the medicine man’s wife. She was energetic and smiling, proud of having her picture taken.

We were stunned to learn that the life expectancy in these rural villages was around 90 to 100 years old! In our “modern” societies, we always crave for a healthier life, and want to live older while remaining in a good shape. Who would have guessed these people from some of the poorest places on Earth would have figured it all out? Even though they have very basic facilities and almost no sanitation, they must be living a very healthy lifestyle, and most of all, they aren’t under much pressure like we can be.

old indian lady posing in front of house in rural village
93 years old and still energetic! How amazing is she?

The kids lead us to the baby’s classroom. They came out to greet us, and looked like baby models. The tiny kids stared boldly into our cameras, smiling, while their siblings teased them and lifted them up in their arms. The caregivers observed from a distance, happy to see us but shying away from our cameras.

Baby girl carried by her brother, wearing a nursery necklace
Even though they couldn’t speak English, the kids were proud to introduce us to their siblings with the words “brother” and “sister”.

Unlike the adults, the younger kids do not try to display a very serious face on pictures: they laugh, they pull faces and make rabbit ears to each other. I taught them how to take pictures with my camera, and press on the big button until the “click”. I try to hold the camera with them, and sometimes I trust the older ones to take pictures on their own. The most difficult is to get them not to touch the camera lens, but it always happens. Terrible kids.

rural boy smiling, standing against a wall
This naughty boy managed to sneak up to my camera and stick his finger on the lens. But anyway, the pictures are worth the annoyance!

We ended up taking many pictures and selfies with the kids, they loved following us around and showing us interesting thing to see. They even managed to find a turtle and bring it to us! When it was time to leave, the kids waved us goodbye: “Bye Rosanna! Ciao ciao Simona!” We drove away from the chaotic road, we were still amazed by these super cool kids, who welcomed us as sisters for the day.

Women in sarees sitting in front of their house in rural india with woman photobomb in the background
Even in rural India you can get photobombed when having your picture taken in front of your house.
Group of Indian kids in front of school
When we started taking pictures, they called in all their friends and siblings for a group picture!
Row of indian babies eating with their hands
On our way back, the babies were back in their classroom, all aligned, eating their lunch surprisingly cleanly with their hands.

And just as I write this article, I realise how cheesy it sounds and how I have just became the “Instagram volunteer”, or the white girl going to a poor country just to take profile pictures with the kids and saying how happy they are despite having nothing. Well to be honest I did not have anything to do there. Anyway, it was cool!

Deux mois en Inde

J’ai l’impression que je viens à peine de publier un article sur mon premier mois en Inde, et ça fait déjà deux mois que j’y suis !

Even though I miss most of them, the sunsets are still really nice over here.
J’en rate la plupart, mais les couchers de soleil sont souvent magnifiques ici.

Depuis la dernière fois, ça va mieux. Parmi les  choses qui m’énervaient, j’ai réussi à accepter ou ignorer la plupart d’entre elles. Mais pour d’autres, c’est pire. Il s’est passé beaucoup de choses, ces quatre dernières semaines. Amma est partie de l’Ashram vous rendre visite en Europe, on a fait quelques escapades entre filles, je me suis baignée dans la mer et je me suis fait quelques amis indiens. Mon projet commence à prendre forme, et Trump a été élu aux Etats-Unis pendant que le gouvernement indien a décidé que tous les billets de 500 et 1000 roupies n’avaient plus aucune valeur. J’ai recommencé à travailler sur des projets en cours à Lausanne, j’ai déménagé dans une autre chambre et de nouveaux étudiants sont arrivés.

Project à Coimbatore

Un mois après avoircommencé à travailler sur mon projet, on commence déjà la manufacture. Si vous êtes curieux de savoir comment ça se passe de ce côté du monde, faites un tour par ici !

The Ricycle's first prototype bike
Avec l’ouvirer/artisan qui a construit la plupart des pièces et assemblé mon Ricycle, après quatre jours de travail.

L’atelier de manufacture se trouve sur un autre campus à environ 300km du campus où se trouve mon labo. Ne tombez pas dans le piège, ici, ça prend près de 10h pour y arriver. Dans mon nouvel appartement, je rencontre deux étudiants hollandais. Ils font aussi un projet ici, et c’est sympa d’avoir de la compagnie !

Amritapuri Ettimadai surroundings
Le campus d’Ettimadai, près de Coimbatore, est entouré de montagnes. L’atmosphère étudiante est plus sympa qu’à Amritapuri, et il fait plus frais pendant la soirée, ce qui est agréable !
One great thing about the Coimbatore campus is the Swimming pool... until dozens of kids jump into the water for training along the width of the swimming pool. The Ashram swimdress also makes training more intense!
La piscine de ce campus est aussi symapthique… jusqu’à qu’une bande de petits indiens se jette à l’eau pour un entraînement intensif dans le sens de la largeur ! Le “burkini” rend l’entraînement plus intense aussi.
odissi dance
On a eu la chance d’assister au spectable de danse “Odissi”, une danse traditionnelle d’une région au Nord de l’Inde. La danseuse, très pédagogique, expliquait le sens des mouvements et des paroles entre deux morceaux.

La vie à l’Ashram

Depuis qu’Amma est partie,c’est beaucoup plus calme. Il y a moins de personnes, mais aussi moisn d’activités et les boutiques sont maintenant fermées la plupart du temps. La piscine est fermée pour problèmes techniques. Un jour, après la méditation, Amma a grondé les swamis (moines) et dévots qui étaient arrivés en retard et leur a ordonné de courir autour du préau de méditation pour les punir. Depuis, les dévots marchent ou courent autour du préau tous les jours parce qu’Amma leur a dit que c’est bon pour leur santé. Je trouve ça hilarant de voir les indiens courir autour du temple pieds nus, en chemise et en “jupe” (qui s’appelle un dhoti, vêtement traditionnel masculin). Je rigole bien, mais je les ai quand même rejoints queleques jours par semaine pour m’entraîner à la course à pieds. En plus, ça calme. Je finis par des exercices de renforcement pour essayer de réparer mon genou qui s’est toujours pas remis de la course de 24h (Run24Dorigny) où j’ai couru un marathon “sans faire exprès” en juin.

robots and food, two of my faves
Un jour, un collègue du labo nous a invités à partager un repas typique nord-indien, qu’il a cuisiné dans le labo. Délicieux !

Des nouveaux amis arrivent, d’autres repartent. Parfois, on fait de la musique après le souper, et on mange des tonnes de gâteaux parce qu’on a des cartes pour la cantine à utiliser. On mange aussi tellement de pastèques avec Chris, un étudiant allemand, qu’on pourrait bien tous être enceintes d’un bébé pastèque.

Akshay with a snake
A l’Ashram, j’ai l’impression d’être au zoo… après les rats, pigeons et corbeaux, les blattes et les fourmis, cette fois-ci mon collègue a décidé de nous ramener le serpent qu’il a trouvé dehors.

Nos échappées belles

Ne me demandez pas pourquoi je ne suis pas partie de l’Ashram plus tôt, je me pose la même question ! Surtout depuis que je l’ai fait. Une partie de la réponse, c’est qu’avec tous ces jours fériés et grèves, on avait bien des jours de repos, mais personne ne nous prévenait ! Autrement, on serait partis en week-end il y a longtemps.

“Maison-bateau” à Alleppey

Avec trois autres filles de l’Ashram, on s’est offert une petite escapade pour une nuit, pour aller faire un tour de Houseboat (littéralement, maison-bateau, maison flottante ou encore péniche), qui sillonnent les canals et lacs des backwaters du Kerala.

Justine, Lise, Teresa and I, enjoying the cruise. How great to find ourselves in a girls group on the backwaters!
Justine, Lise, Teresa et moi, nous profitons de nous retrouver entre filles dans les backwaters ! 

Plage à Varkala

Une autre de nos escapades de l’Ashram, c’était le week-end passé pour aller à Varkala, une ville touristique balnéaire. Mon nouvel ami indien Khan m’avait parlé d’un festival d’arts et musique qu’il organisait, et comme je rentrais de Coimbatore c’était l’occasion parfaite de partir pour le week-end !

gigantic jellyfish
Simona et une méduse géante échouée sur la plage. Contrairement à quand j’étais petite en Nouvelle-Zélande, pas question de faire des batailles avec ces masses gélatineuses, on s’est bien fait piquer en se baignant !

J’avais trop  de choses à dire à propos de ces deux petites aventures, vous pouvez lire la suite de ces récits ici !

Trump, féminisme, malaise, etc.

Quand les élections aux Etats-Unis étaient en cours, je me trouvais dans mon atelier de manufacture à Coimbatore. Quand Trump a été annoncé futur président, je ne savais que penser de cette situation, j’étais en état de choc.

“To summarize the summary: anyone who is capable of getting themselves made President should on no account be allowed to do the job.” Douglas Adams (merci Johann !)

Je n’ai jamais pensé que Clinton était la candidate parfaite, mais j’étais persuadée qu’elle serait infiniment meilleure qu’un type misogyne, raciste et islamophobe. Je me suis sentie terriblement mal en tant que femme, je me suis sentie personnellement attaquée par ses violences répétées envers d’autres femmes. Je me sentais terriblement mal parce que la société ne semble pas en avoir grand chose à faire des violences sexuelles, et trouve ça normal d’avoir un président qui peut faire de telles choses envers les femmes. J’ai eu envie de ramper jusqu’à mon lit et de pleurer et attendant que l’orage passe.

Je me suis sentie terriblement mal parce que ces élections ont fait ressurgir des mauvais souvenirs de harcèlement et de violences que j’avais essayé d’enfouir au plus profond, et je sais que je ne suis pas la seule à me sentir comme ça. Des femmes ont été blessées autour du monde. Je me suis sentie blessée non seulement à cause de ce type qui m’effrayait, mais aussi parce que je me suis en quelque sorte identifiée à cette femme que j’admirais, j’ai réalisé, parce qu’elle est parvenue aussi loin et un homme blanc moins qualifié a quand même eu le job : “J’ai pleuré parce que ça vous fait quelque chose de toujours arriver deuxième.”

La seule chose à laquelle je m’accroche, c’est l’espoir que parfois, il faut se prendre une grande claque dans la gueule pour se remettre sur ses pattes. Faisons ça ensemble.

Monnaie Illégale

La veille de l’élection de Trump, on a eu droit à une autre mauvaise nouvelle. Sur le coup, on s’en est pas vraiment rendus compte, ça nous a plutôt fait rigoler. C’était après le souper, les hollandais et moi on regardait un film. Soudain, Jelmer, se lève, met le film en pause, et nous demande : “les gars, vous êtes prêts pour entendre la dernière nouvelle ?!” et il nous lit l’info sur la nouvelle situation monétaire. Le gouvernement a décidé d’annoncer soudainement que les billets de 500 et 1000 roupies, environ 8 et 15€, ne valent plus rien. Juste des morceaux de papier. Avec effet à minuit le jour même.

Notre première réaction était “Bon du coup on fait quoi, on prend un taxi et on va se bourrer la gueule ?”. Mais on a juste rallumé le film, confiants de pouvoir changer nos vieux billets en nouveaux et de pouvoir retirer de l’argent aux distributeurs sans souci.

One week later, the situation was slightly getting better: after waiting in line for 2 hours I was able to withdraw 2000 rupees from both of my cards.
Une semaine après l’annonce, la situation s’améliorait à peine : après avoir fait la queue pendant deux heures, j’ai réussi à retirer 2000 roupies sur chacune de mes cartes.

C’était sans compter qu’on est en Inde, pas en Europe. On ne s’attendait pas à voir les banques fermées pendant deux jours et les distributeurs vides pendant une semaine. On ne s’attendait pas à ne pas pouvoir être servis aux banques parce qu’on est étrangers. Et surtout, on ne s’attendait pas à ne pouvoir retirer que 2000 roupies (15€) au maximum par jour !

Heureusement pour nous, à l’université et à l’Ashram, on n’a pas vraiment besoin d’argent dans notre vie quotidienne. La situation aurait pu être bien pire. Je ne pourrais pas imaginer être en train de voyager ou alors de devoir payer mon séjour quelque part et prendre l’avion quand d’un coup tout mon argent est déclaré sans valeur. Nous, on a même réussi à s’échapper à Varkala presque sans argent. On avait entendu que les vieux billets étaient encore acceptés dans la zone touristique, et on en a bien profité. On espérait aussi que la situation monétaire serait un peu moins pire dans la ville que dans notre village : elle ne l’était pas.

A Varkala, c’est devenu une blague : “Pas d’argent !” on disait aux vendeurs. “Pas d’argent ? Pas de problème !” ils nous répondaient. “Revenez demain !” Mais quand je n’avais plus assez d’argent pour pouvoir m’acheter du savon, je trouvais la situation beaucoup moins drôle.

At that moment, I realised it was a real serious situation. Government was fighting corruption, but wasn't able to foresee the consequences of taking out all the biggest notes. People didn't have money. Banks neither. There were people queuing in front of each bank for hours, not even sure to be able to deposit their old currency or withdraw from their bank account.
A ce moment là, on a réalisé que la situtation était vraiment grave. Le gouvernement avait pris des mesures contre la corruption, mais n’avait pas été capable d”anticiper les conséquences dues à l’annulation de tous les gros billets. Les gens n’avaient plus d’argent. Ils faisaient la queue pendant des heures aux banques, sans pour autant être surs d’arriver à déposer leurs vieux billets ou retirer de l’argent valide.

Pause Spirituelle

Avec Amma absente de l’Ashram, l’ambiance spirituelle du lieu s’est trouvée réduite. De plus, avec tous mes voyages et une nouvelle coloc dans ma chambre, je ne pratique plus autant la méditation et le yoga. Maintenant qu’on est plus d’étudiants, nos conversations tournent plutôt autour des choses rigolotes qu’on constate en Inde plutôt que des découvertes spirituelles. J’ai lu quelques bons bouquins qui m’ont permis de mieux comprendre ce qu’il se passe ici, et je me réjouis du retour d’Amma pour me remettre dans l’ambiance.

Monkey sitting on a branch.
Le petit singe, bien songeur sur sa branche… Photo prise dans le village où j’implémente mon projet.

Ne pas “Se retrouver en Inde”

Beaucoup de personnes parlent de “se retrouver en Inde”, de se forger ou de trouver sa vraie personnalité. Pour moi, c’était le contraire, j’ai eu le sentiment de m’être perdue ! Avec tous ces stricts règlements de l’université et de l’Ashram, ainsi que la peur instillée par des gens qui n’étaient même pas allés eux-même en Inde, je ne me reconnaissais plus. Ajoutez à ça la découverte de la spiritualité à laquelle je ne comprenais rien, et vous comprendrez comment je me suis perdue au lieu de retrouvée.

Je marchais dans la rue, les yeux fixés sur mes pieds, effrayée de rencontrer à nouveau ces regards sales que j’ai remarqué une fois en marchant à côté d’indiens en allant à l’uni. Je restais dans mon environnement familier, sans même essayer d’explorer. J’étais paralysée par une peur qui n’était pas mienne, la peur que les gens ressentaient pour moi quand je leur ai annoncé mon départ en Inde. Tout comme au Brésil, au fond de moi, je n’avais pas peur, mais les gens m’avaient fait me sentir craintive.

Où était passée mon exploratrice intérieure ? Où était passée cette fille hyperactive qui partait toujours à la recherche de nouvelles aventures ? Je ne suis toujours pas montée en haut du plus haut bâtiment de l’Ashram, et c’est à une simple grimpée en ascenseur.

Getting high, on 14th floor, but still not on the rooftop.
Je m’approche, au quatorzième étage du bâtiment, mais toujours pas sur le toit…

Quand je suis sortie de l’Ashram pour la première fois et que j’ai pu sortir mon GPS pour vérifier une carte ou nos arrêts de bus, j’étais de nouveau moi-même. Pas perdue, confiante, et en m’amusant comme une folle. C’était incroyable de me prouver que je pouvais le faire, que je pouvais voyager en Inde avec mes amies et que je pouvais le faire seule. Ces petits pas m’ont prouvée que l’Inde n’est pas vraiment différente de tous ces pays où j’ai déjà voyagé, je sais comment rester en sécurité, et je n’ai pas peur.

After a MONTH AND A HALF, I went swimming in the sea. It was awesome, and I caught the cutest sunburn I've ever had. I can't believe I waited this long.
Après UN MOIS ET DEMIE, je suis allée me baigner dans la mer à l’AShram. C’était génial, et j’ai choppé le coup de soleil le plus chou que j’aie jamais eu. Je n’arrive pas à croire que j’ai attendu aussi longtemps avant d’aller à la plage !

 

Ricycle : Manufacture

Il y à peine plus d’un mois, j’ai eu l’idée de créer un vélo pour planter le riz pour mon projet en Inde. Je viens de passer quatre jours dans l’atelier de manufacture sur un campus à une dizaine d’heures de transport du mien. Ce post raconte comment ça s’est passé.

Manufacturing overview document and CAD drawings...
Présentation du projet et schémas pour la manufacture…

Jour 1

A peine un mois après avoir commencé à travailler sur mon projet, on attaque déjà la manufacture ! Aymeric, qui fait un projet dans le même labo et qui est allé avant moi aux ateliers de manufacture, m’annonce : « Un centimètre ». C’est la précision avec laquelle nos projets sembleraient venir au monde. Je ne sais pas si je dois en rire ou pleurer. En tant qu’étudiante en microtechnique, ça me fait quand même mal au cœur.

Dans mon atelier de manufacture, en plus des « tolérances indiennes », je remarque aussi les normes de sécurité à l’indienne, ou plutôt leur absence. Ici, les ouvriers sont pieds nus ou en sandales, et aucun d’entre eux ne porte ni gants ni lunettes de sécurité. Le bruit des outils est assourdissant, et je me retrouve à me boucher les oreilles fréquemment tout en détournant les yeux pour éviter l’éclat des soudures. Je serai heureuse si je ne ressors pas sourde et aveugle de ces ateliers !
Les indiens n’ont pas d’établi, ils travaillent à même le sol. Pour discuter du design, on s’accroupit par terre à côté de la pièce.

Discussions à propos d'une pièce. accroupis dans l'atelier de manufacture.
Discussions à propos d’une pièce. accroupis dans l’atelier de manufacture.

Mon projet, c’est une machine à planter le riz. Quand j’ai commencé à faire mes recherches sur ce qui se faisait actuellement, j’ai pu constater avec déception que beaucoup de choses existaient déjà. Des machines peu onéreuses aux monstres tracteurs industriels, le sujet semblait être couvert. De plus, en cherchant sur Youtube, on trouve d’innombrables projets étudiants de « machine à planter le riz ». Apparemment tous les étudiants en génie mécanique en Inde passent par l’étape machine – planter le riz. A quoi il sert mon projet alors ? Je ne voyais pas ce que je pourrais apporter à ce domaine. J’ai alors décidé de prendre une direction totalement différente. Plutôt de faire une médiocre machine que la fermière tire ou pousse à travers son champ, je vais créer une machine à pédales. Sur la base d’un vélo, avec le système transplanteur à l’arrière, je suis convaincue qu’une telle machine pourrait fonctionner. Après d’innombrables heures à rouler dans la gadoue lors de mes entraînements de VTT, je sais que c’est possible de pédaler à travers une profonde couche de boue. Reste plus qu’à leur prouver.

On rencontre l'artisan/ouvrier qui va construire la majeure partie de mon vélo...
On rencontre l’artisan/ouvrier qui va construire la majeure partie de mon vélo…

La manufacture, apparemment, ça commence par une prière. Je joins mes mains devant ma poitrine, ferme les yeux, et écoute la prière en malayalam. Je reconnais même certaines phrases, après un mois et demi à l’Ashram, je commence à les connaître, ces oraisons !

On commence par fabriquer les roues arrière. Bientôt, les grandes bandes d’acier seront courbées, soudées ensemble, et maintenues par des rayons. Hier, on est allés chercher un vélo d’occasion. Il me plaît beaucoup avec son côté « old school », mais il sera vite démonté par une bande de jeunes indiens, on ne garde que le nécessaire.

Mon nouveau vélo... qui sera vite démonté !
Mon nouveau vélo… qui sera vite démonté !
Voilà comment on fabrique des roues ! Des grandes bandes de métal sont courbées à la main, puis soudées aux rayons et au centre de la roue.
Voilà comment on fabrique des roues ! Des grandes bandes de métal sont courbées à la main, puis soudées aux rayons et au centre de la roue.
Construction des roues. La précision : pas plus que la largeur du trait à la craie.
Construction des roues. La précision : pas plus que la largeur du trait à la craie.
Tout feu tout flammes : qui ne voudrait pas être ingénieur quand son équipe de manufacture fait cracher du feu à un simple bicyclette ?
Tout feu tout flammes : qui ne voudrait pas être ingénieur quand son équipe de manufacture fait cracher du feu à un simple bicyclette ?

Jour 2

Ça avance vite, mon Ricycle commence à prendre forme. Quand je suis arrivée à l’atelier ce matin, j’ai découvert avec joie mes deux roues arrière presque terminées, et ça en jette. Quand j’essaie d’en soulever une, tout de suite, ça a moins la classe : elles pèsent autant que mon sac à dos de voyage ! À 13kg la roue (bon ok, un peu moins que mon sac à dos), je commence à perdre foi en mon projet… Comment est-ce que mes petites fermières vont arriver à faire avancer une machine plus lourde qu’elles ? Une roue de VTT solide, ça pèse moins de 2kg. J’aurais jamais imaginé que les miennes fassent plus du double ! Mon superviseur essaie de me rassurer : « au pire, on donnera ton système à un bœuf, il sera capable de le tirer ! ». La vache est sacrée en Inde, c’est le bœuf qui se tape tout le boulot. Moi j’ai du mal à voir la différence, mais s’ils le disent…

En arrivant les deuxièmejour, mes roues sont presque terminées ! A l'atelier, il n'y a guère d'équipement de sécurité, et mes yeux souffrent à chaque fois qu'ils s'arrêtent par mégarde sur un poste de soudure. Comme il y en a partout, c'est très dérangeant. Je ne suis là que pour quelques jours, je me demande comment les ouvriers font pour ne pas encore être aveugles !
En arrivant les deuxièmejour, mes roues sont presque terminées ! A l’atelier, il n’y a guère d’équipement de sécurité, et mes yeux souffrent à chaque fois qu’ils s’arrêtent par mégarde sur un poste de soudure. Comme il y en a partout, c’est très dérangeant. Je ne suis là que pour quelques jours, je me demande comment les ouvriers font pour ne pas encore être aveugles !

La raison de ce surpoids, c’est les matériaux utilisés pour mon prototype. Alors que des roues de VTT de compétition sont en alu léger, les miennes sont en acier de forgerie (j’essaierai de noter le nom précis plus tard). Si on met moins de matière, ce ne sera pas assez solide pour l’utilisation.
Les autres matériaux et pièces utilisées pour mon Ricycle sont principalement issus de la réutilisation de tout ce qu’on peut trouver autour de l’atelier. Pour les vitesses, on échange le plateau et le pignon afin d’avoir un vélo facile à pédaler ; pour le système transplanteur, on récupère une bande à scier le bois et on tranche des morceaux dedans. L’idéal, ç’aurait été d’avoir des lames flexibles, mais quand je les vois taper dessus au marteau pour les aplatir, je me dis que la flexibilité ça va pas être ça. Ils ont pas suivi le cours de matériaux de première année qui dit que plus on travaille un métal, moins il est malléable. Bref

Contrairement à l'atelier de mécanique où j'ai fait mon stage d'usinage en deuxième année, ici, tout semble être rouillé. Les matériaux sont les moins chers possibles, ce qui change la donne au niveau du poids, de la résistance, etc.
Contrairement à l’atelier de mécanique où j’ai fait mon stage d’usinage en deuxième année, ici, tout semble être rouillé. Les matériaux sont les moins chers possibles, ce qui change la donne au niveau du poids, de la résistance, etc.
J'avais fièrement décidé d'introduire des lames flexibles dans mon mécanisme afin d'éviter l'utilisation de ressorts (spéciale dédicasse au Professeur Henein). Je trouvais ça très intelligent jusqu'à que je voie comment ils tapaient sur des bandes à scier le bois pour les rendre droites avant de les retordre et espèrer qu'elles soient toujours aussi flexibles...
J’avais fièrement décidé d’introduire des lames flexibles dans mon mécanisme afin d’éviter l’utilisation de ressorts (spéciale dédicasse au Professeur Henein). Je trouvais ça très intelligent jusqu’à que je voie comment ils tapaient sur des bandes à scier le bois pour les rendre droites avant de les retordre et espèrer qu’elles soient toujours aussi flexibles…

Jour 3

Mon prototype ressemble de plus en plus aux dessins faits sur mon ordinateur ces dernières semaines, ça m’impressionne. Jusque-là, mon plus gros projet réalisé physiquement, c’est mon robot pour le concours Robopoly qui devait rentrer dans un cercle de 30cm de diamètre. Le Ricycle, c’est pas la même histoire ! Le vélo est surélevé et les roues arrière sont distantes d’un mètre.

Certaines pièces sont très semblables aux dessins que j'ai fournis, d'autres n'ont absolument rien à voir. Tous ont un point commun : un surpoids manifeste qu'en tant que microtechnicienne, je n'avais pas imaginé !
Certaines pièces sont très semblables aux dessins que j’ai fournis, d’autres n’ont absolument rien à voir. Tous ont un point commun : un surpoids manifeste qu’en tant que microtechnicienne, je n’avais pas imaginé !

Plus on avance dans la journée, plus le projet se peaufine. Au début on commence par disposer toutes les pièces au bon endroit, ensuite on les soude en partie (ça pique les yeux !), puis on ajuste en fonction des éléments suivants… au final tout commence à se mettre en place et c’est beau à voir, mon projet est matérialisé sous mes yeux grâce au travail de l’ouvrier. Vu de près, j’ai beau me dire que ça a pas l’air d’être du travail de précision, et quand les pièces « fixées » bougent de près d’un centimètre mon âme de microtechnicienne meurt un peu, je prends un peu de recul et je suis quand même assez fière de mon projet.

Ca commence à ressembler à mes dessins 3D sur l'ordinateur !
Ca commence à ressembler à mes dessins 3D sur l’ordinateur !
La mise en place des éléments est aussi soumise à la précision
La mise en place des éléments est aussi soumise à la précision “à l’indienne”… comme dirait un des profs du stage d’usinage : “mais ya une chiée de décallage !”

J’ai l’impression d’être une cheffe de chantier, arrogante et qui regarde sans participer derrière mes lunettes de soleil. J’ai décidé de me couper du monde avec mes boules quies, et mes oreilles me remercient, mais la communication qui était déjà faiblarde en prend un coup. L’atelier est si bruyant que je me suis fait mal à l’oreille. Et les soudures me piquent toujours les yeux. Je commence à tousser, et me dis qu’au final, avec toutes ces particules d’acier dans l’air, je vais peut-être refaire mes réserves de fer, moi qui suis toujours en déficit ! (vraiment, j’ai un certificat médical qui dit qu’à cause de ça je suis trop fatiguée et ne peux pas me concentrer en cours. Mon certificat préféré !).

Au cours de la journée, de nombreux indiens s’approchent du vélo, essaient de faire tourner une roue, de comprendre comment ça marche… Ils sourient et dandinent de la tête, et mon superviseur leur explique ce que c’est. En Tamil. Je ne suis jamais incluse dans ces conversations, si ce n’est pour un regard ou un hochement de tête.

Les indiens sont curieux de mon projet et semblent heureux de le voir prendre forme.
Les indiens sont curieux de mon projet et semblent heureux de le voir prendre forme.

Malgré la barrière de la langue, je ressens la complicité féminine des ouvrières de l’atelier. Elles sont 5, dont 2 qui travaillent avec les machines. On se regarde, curieuses, et on sourit timidement en dodelinant la tête. Hier, à la pause, elles m’ont demandé si je parlais Tamil. Malheureusement je n’ai pas pris le temps d’essayer d’apprendre. A la pause chai, elles m’indiquent où je peux avoir mon verre et me font signe de m’assoir à côté d’elles. L’une d’entre elles parle un peu anglais et me pose quelques questions. D’où je viens, et pour combien de temps je suis ici. Même si on ne se parle pas, j’apprécie cette main tendue qui me fait me sentir plus acceptée que dans toutes les discussions techniques précédentes où j’avais le semtiment de ne pas exister, ou pire, d’être là pour faire joli.

Jour 4

Le projet prend vie ! Avec une fierté non contenue, j’enfourche ma monture à trois roues, et m’élance dans le chemin qui mène à l’atelier… pour un tour de pédale, avant de dérailler.

Une prière s'impose avant de tester le Ricycle pour la première fois.
Une prière s’impose avant de tester le Ricycle pour la première fois.

Ca y est, le Ricycle a fait ses premiers pas ! Ou plutôt, ses premiers tours de roue. Je n’ose même pas imaginer l’efficacité de la machine, toutes les pièces ont du jeu. Un sacré jeu. On passe la journée à assembler et désassembler les roues arrières, afin d’aligner correctement toutes les pièces et de réduire ce jeu. Peu à peu, les pièces sont soudées en place, alignées avec des cales, et les roues d’ont plus un décalage de 10cm entre elles lorsqu’on essaie de les faire tourner.

Mon superviseur est allé apporter l’axe principal à l’atelier du tourneur pour faire un filetage à chaque extrémité, et les roues arrière sont maintenant serrées en place. Cela permet aussi de faire tourner le vélo, la roue intérieure glisse sur l’axe lorsqu’on tourne le guidon. Enfin, le vélo n’est plus réduit à une trajectoire en ligne droite ! En contrepartie, si on est bloqués, ça glisse aussi, et il faut pousser un peu pour débloquer le Ricycle.

Une étudiante indienne a essayé le Ricycle, et ça a l'air de fonctionner aussi pour elle ! Dans ma conception, j'ai voulu prendre en compte la morphologie des fermières indiennes, qui font en moyenne 1m50, afin que le vélo soit adapté à leur taille.
Une étudiante indienne a essayé le Ricycle, et ça a l’air de fonctionner aussi pour elle ! Dans ma conception, j’ai voulu prendre en compte la morphologie des fermières indiennes, qui font en moyenne 1m50, afin que le vélo soit adapté à leur taille.

A côté de ça, on a construit la caissette où les pousses de riz seront placées, mais avec les changements de dimension de la roue arrière, il va falloir prolonger les liens entre l’axe des roues et l’axe du système transplanteur. Pour ce problème, sans mon ordinateur et mes dessins, je suis perdue, je n’arrive pas à visualiser comment on peut réarranger les pièces facilement pour obtenir le résultat voulu. Heureusement, on passe à autre chose, ce qui me laisse le temps de réfléchir.

Une fois boulonnées en place, ça tourne mieux, et en plus on peut faire des virages !
Une fois les roues boulonnées en place, ça tourne mieux, et en plus on peut faire des virages !

Le vélo avance, mais déraille souvent. Il faut dire que l’alignement est terrible, tout bouge. Petit à petit, en fixant les pièces les unes après les autres, ça va mieux, mais garantir un parallélisme quand tout est fait à l’œil, ça a même pas l’air d’être un problème qui leur vient à l’esprit. On fixe des rondelles pour aligner la chaîne avec le gigantesque pignon à l’arrière, puis ça déraille à l’avant. Mais maintenant on peut pédaler un peu plus longtemps !

Avec l'artisan/ouvrier qui a fabriqué la majeure partie du Ricycle :)
Avec l’artisan/ouvrier qui a fabriqué la majeure partie du Ricycle 🙂

Travaux en cours…

Maintenant, il ne reste plus qu'à fixer le mécanisme de transplantation... et ça va pas être une mince affaire !
Maintenant, il ne reste plus qu’à fixer le mécanisme de transplantation… et ça va pas être une mince affaire !

En 4 jours, on a réussi à fabriquer un vélo-tracteur à peu près fonctionnel… Maintenant le gros du travail est fait, mais le plus difficile est encore à faire : lier ce Ricycle au mécanisme de transplantation et le rendre fonctionnel !

Un mois en Inde

Ca fait un mois que je suis en Inde, et je dois admettre que parfois, ce pays a de quoi me taper sur les nerfs. Ces derniers jours, j’ai été plutôt ennervée par tellement de petites choses que mon superviseur de projet a comencé à s’inquiéter, et a essayé de comprendre ce qui n’allait pas pour essayer de résoudre le problème. Du coup j’ai essayé de faire une liste de toutes ces choses qui m’énervent, puis d’essayer de les classer pour trouver ce qui m’énerve le plus. Il faudra que j’écrive un article quand je serai fixée sur cette liste. Malgré tout, la plupart des choses qui m’irritent ne peuvent pas être changées, ça fait partie de la culture (horribles moustaches, je vous ai à l’oeil).
Chers indiens, si vous voulez vous atteler à la tache de résoudre les problèmes d’inégalités entre hommes et femmes, c’est très haut placé sur ma liste !

L’Ashram

Dès ma première semaine, je me suis fait de très bons amis à l’Ashram où je vis. Ils m’ont présenté d’autres chouettes personnes, et certaines d’entre elles semblaient apparaître exactement quand j’avais besoin d’un coup de main de leur part.

Mes amis se sont beaucoup moqués de moi au début quand j’ai débarqué sans savoir ce qu’était un ashram, ni qui est Amma. Ils rigolaient en disant que la prochaine fois qu’ils viendraient, ils me retrouveraient ici, habillée tout en blanc avec un point sur le front en train de courir derrière Amma en criant naïvement “Amma ! Amma !”

The Kali temple, first thing I saw when arriving at the Ashram at 3am. I didn't bother trying to understand what was going on yet.
Le temple de Kali, que j’ai découvert pour la première fois en arrivant à 3 heures du matin. A ce moment là, j’ai pas essayé de comprendre ce que c’était. Moi qui croyais débarquer dans une université normale…

Mais alors, qu’est-ce qu’un ashram ? C’est un peu comme un monastère occidental, où des dévots/moines/nonnes vivent proche de leur maître spirituel, et où des personnes viennent apprendre des pratiques spirituelles de l’enseignement de ce gourou. Ici, elle s’appelle Amma, le mot en Malayalam (la langue locale) pour dire “mère”. Avant de venir, pour moi, Amma était la “directrice de l’université et notre guide spirituelle”. Clairement, je ne m’attendais pas à me trouver face à cinquante mille personnes qui venaient fêter son anniversaire une dizaine de jours après mon arrivée ici !

The Ashram where I live in India
L’ashram où je vis pendant mon stage.

Notre ashram est situé dans le Kerala, au sud de l’Inde, entre la Mer d’Arabie et les Backwaters, un réseau de canaux, lacs et lagunes parallèles à la mer. Quand Amma est présente, près de 2000 résidents sont présents. Ces personnes font tous les jours quelques heures de “Seva”, le service désintéressé qui permet au lieu de fonctionner sans employés permanents. En tant qu’étudiants, notre stage est lui-même considéré comme un seva, on ne nous demande pas de travailler plus.

La journée à l’Ashram débute avec une Puja (rite religieux en l’honneur d’Amma) à 5 heures du matin, avant le petit déjeuner, et finit avec les bhajans, des chants dévotionnels juste avant le souper (les bhajans, ça fait partie des choses qui m’énervent parce que j’ai toujours faim à ce moment là et j’en ai pas grand chose à faire de ces chants). Quand Amma est ici, elle donne une méditation guidée sur la place deux fois par semaine et passe des heures et des heures à donner le darshan (câlin à tous ceux qui veulent l’embrasser). Entre temps, les gens font de la méditation, du yoga, du seva et d’autres choses. Il y a tellement à faire à l’ashram !

L’université – AMMACHI Labs

The engineering building of the university, casually lit up for Amma's birthday.
Le bâtiment d’ingénierie, avec une belle déco kitch pour l’anniversaire d’Amma.

L’université Amrita est classée numéro un des universités privées en Inde et en Asie du Sud ou BRICS selon les classements. J’ai décidé de venir ici pour leur programme de robotique humanitaire dans le laboratoire AMMACHI. Je décris mon projet sur cette page (en anglais).

Ma journée type

Une fois que j’ai commencé mon projet au labo, et que j’ai commencé à comprendre comment l’endroit fonctionnait, je suis entrée dans une sorte de routine qui guidait mes journées habituelles. Le soir, c’est les rencontres avec les gens de l’ashram et mes amis qui déterminaient ce qui faisait que ma soirée une soirée unique.

7h30 : Je me réveille et pratique la méditation “I am” que j’ai apprise ici et/ou fais du yoga.

9h : Petit déj. indien (youpi, du curry au ptit déj !) ou “occidental” avec un pancake de ragi (millet) avec des bananes ou du gâteau ou des toast si j’ai le temps.

9h30 : Notre journée au labo commence, et j’allume mon cerveau pour développer ma machine à planter le riz. Je rencontre mon pote et collègue Aymeric qui participe au même programme et vient aussi de l’EPFL, notre école d’ingénieurs en Suisse.

12h30 : Pause de midi ! On mange du curry (franchement, on s’y attendait pas !) servi dans des gigantestques assiettes en métal, que l’on lave avant et après avoir mangé, et on mange avec les mains. Après manger, je sens encore le piquant sur mes doigts, c’est marrant. La plupart des étudiants mangent séparément, garçons d’un côté et filles de l’autre. Même la vaisselle est non-mixte.

13h : Avec Aymeric on va se faire une petite sieste avant de reprendre le boulot à 13h30.

17h30 : Notre journée de travail se termine. A ce moment là, je traîne au labo pour profiter du wifi, ou alors je retourne à l’ashram pour lire, méditer, faire du yoga ou du ukulele, admirer le coucher du soleil, ou alors un peu de tout ça.  Peut être qu’un jour j’apprécierai les chants du bhajans, mais ce jour n’est pas encore arrivé.

20h15 : L’heure du souper, enfin, et devinez ce qu’on mange ? Oui, du curry ! On mange parfois à la cantine étudiante, qui est meilleure, sauf que c’est encore une fois séparé par sexe sauf les jours congés. Du coup on mange à la cantine générale et c’est un peu moins bon, mais au moins on peut manger avec nos amis. Des fois, on se fait plaisir en mangeant un bon burger occidental qui coûte l’inimaginable somme de 70 centimes. Quelle horreur. C’est même plutôt cher pour l’Inde.

21h : On boit du thé Tulsi (le basilic sacré) et on se prend un petit gâteau (souvent végétalien) pour le dessert. Après manger, on peut passer des heures à discuter parfois de choses normales, mais plus souvent de choses spirituelles très inhabituelles pour moi. Ca y est, on parle d’énergies, de taux vibrationnels, de magnétisme, de flammes jumelles, de fées et de démons, ou encore de gens qui viennent d’autres planètes. Ces discussions peuvent durer jusqu’à tard dans la nuit, et je suis toujours époustouflée par ce que j’apprends. Mes amis qui ont toutes ces connaissances ésotériques, je les appelle affectueusement “perchés”, rien de méchant, ils ont juste un taux d’élévation spirituel bien plus élevé que le mien. Je ne suis pas aussi perchée que mes amis ici, mais je m’approche doucement de leur niveau.

 * * *

Au quotidien, j’ai aussi des pigeons qui viennent chier dans ma chambre quand j’oublie de fermer ma fenêtre, des lignées de fourmis qui traversent toute ma chambre, des moustiques voraces qui semblent adorer mon sang exotique, des geckos qui franchement pourraient les manger ces moustiques et j’ai aussi parfois des rats qui adorent manger mes cacahuètes. Ma chambre, c’est le zoo.

De l’eau rouge coule du robinet et laisse des belles traînées brunâtres avec le temps. Au moins, il y a des robinets d’eau potable un peu partout à l’ashram, pas besoin d’acheter des bouteilles plastiques en permanence, j’aurais pas supporté ! On a aussi des corbeaux qui viennent nous chiper nos repas occidentaux, des coupures de courant plusieurs fois par jour, ainsi que des chiens et enfants qui se promènent dans le labo.

En général, les soirées sont assez “fraîches” (genre moins de 30°C) pour être confortables, mais les journées ensoleillées sont insupportables. Je bénis la pluie qui rafraîchit l’atmosphère, ne serait-ce que pour quelques heures.
Ici, je dois couvrir mes jambes, ma poitrine et mes fesses, et cela avec au moins deux couches de vêtements. Vous comprenez, le corps d’une femme, c’est totalement inapproprié. Pendant ce temps là, les hommes eux se promènent fièrement en mini-jupe dhoti remonté au dessus des genoux.

Une conversation habituelle :
“J’ai chaud !
– En même temps, t’as une robe doublée, un pantalon et une écharpe.”
Tu m’étonnes que je crève de chaud ici, avec le code vestimentaire “modeste” qu’on nous impose.

curry eaten with hands
Un repas habituel : du riz, du curry et des chappatis. Le riz frit, c’est pas tous les jours ! Comme les indiens, on mange avec les mains.
Slowly getting to understand Indian fashion: your shawl has to match your trousers.
En train de comprendre la mode indienne : le foulard doit être assorti au pantalon. Ma garde-robe a plus que quadruplé depuis que je suis installée en Inde !
chloe in her PJ's
Le jour où je me suis ramenée à l’université en pyjama, parce que personne m’avait dit que la magnifique robe que j’avais achetée la veille est en fait une chemise de nuit.
Yoga daily practise, even more fun with friends!
Yoga tous les jours, encore plus sympa avec des amis sur le toît du temple !
Hari, le très sympathique vendeur de noix de cocos qui parle toutes les langues des visiteurs !
Because in Kerala the sky and sea compete in producing the most beautiful lights: bioluminescent waves.
Quand le ciel et la mer entrent en compétition pour savoir qui fera les plus belles lumières : les vagues bioluminescentes sont juste magnifiques.

Mon cheminement spirituel

Lors de ma première semaine à l’ashram, je dois avouer que j’étais plutôt perdue. J’essayais de comprendre qu’est ce que c’est que cet endroit qui n’est pas une université comme je m’y attendais ! Heureusement, mes amis m’ont aidée à comprendre qui est Amma, pourquoi eux sont là et pourquoi moi je suis arrivée là. Ce serait trop facile de dire que tout le monde ici est taré, mais en discutant avec pas mal de gens, je me suis rendus compte qu’ils sont tous tarés sur la même longueur d’onde, et que sans se concerter ils racontaient tous les mêmes histoires. Peut être qu’ici la folle c’est moi.
C’est ici que commence mon cheminement spirituel. Comme mes amis perchés me l’affirment, je ne suis pas là pour rien, je suis arrivée ici pour une très bonne raison (que je ne connais pas encore).

These guys welcomed me in the Ashram as a family and really helped me through my first weeks there.
Ces personnes m’ont accueuillie comme une famille, ils m’ont vraiment aidée à travers ces premières semaines à l’ashram.

La première étape, c’est de comprendre qui est Amma. Dès le début, je ressentais un fort sentiment en la voyant et en écoutant son histoire. Je la voyais comme Jésus, ou Dieu, ou quelque chose comme ça. Pas en y “croyant”, juste en le constatant. Genre “ah ouais, je vois, elle c’est Dieu”. Il y a beaucoup de choses qu’on me raconte ici que j’accepte (genre le type qui vient d’une autre planète) sans me demander si je devrais y croire ou pas.
J’ai regardé un film sur la vie d’Amma, et quand elle était jeune, elle était déjà “connectée” à Dieu (pour elle c’était Krishna). Plus tard, elle a commencé à aider les gens de son village sans tenir compte des castes, puis a fait un miracle (comme Jésus), ce qui a fait que les habitants de son village l’ont reconnue comme quelqu’un de très spécial. Maintenant elle a des centaines de milliers de “fans” qu’elle embrasse et qui lui lavent les pieds et lui courent après quand elle se promène à l’Ashram.

Tous les soirs, au Café Occidental (“Western Cafe”), je rencontre des nouvelles personnes ou mes amis qui sont mes instructeurs spirituels. Ils parlent de toutes ces choses bizarres pour moi (énergies, vibrations, anges, etc.). Le plus fou dans tout ça c’est que les histoires se recoupent et se complètent. Ils semblent tous être connectés à cette même dimension supérieure.

Je compare mon esprit à un petit singe dans son arbre de singes. Mon singe est super heureux sur sa branche. Il ne sait pas que d’autres branches existent dans sont arbre de singes. Mais un beau jour d’automne, les feuilles tombent de l’arbre en un coup de vent et mon petit singe se rend compte qu’il y a plein de plus hautes branches, où d’autres singes sont perchés. Ces singes là sont mes nouveaux amis, et ils m’apprenent comment monter à ces plus hautes branches de l’arbre spirituel des singes.

Quand je pratique mon yoga et ma méditation journalière, je commence à m’ouvrir et à sentir des choses, comme de l’énergie dans mes mains et un vaste sentiment de vide et paix intérieurs quand mon petit singe daigne bien se taire. Je n’arrête pas d’avoir des sentiments de déjà-vu et de me remémorer des rêves que j’aurais fait plusieurs années auparavant. Tout est nouveau pour moi, et je ne comprends pas encore grand chose.
Mais je commence doucement à comprendre ce qu’il se passe ici, et peut être bien qu’il y a une autre dimension que mon esprit scientifique ne veut pas encore admettre. Peut être bien que je vais finir perchée, et comme mes amis le disaient, une folle en sari blanc qui court après Amma. On voit ça dans deux mois !