Hitchhiking from France to Slovenia ūüĎć

In French, you can try to Google translate it or just look at the pictures ūüėČ

*****

De retour de mes 11 mois de voyages, j’√©tais bien heureuse de retrouver la maison. Mais une fois install√©e confortablement, j’avais d√©j√† la bougeotte, et ma famille partait faire un voyage √† v√©lo en √Čcosse. Je pensais essayer de les rejoindre, mais les bus couchette de nuit ayant √©t√© supprim√©s, les 1600km de stop et solo me motivaient moyen. Heureusement pour moi, mon amie Laura, fra√ģchement dipl√īm√©e et pas vraiment pr√™te √† commencer la vraie vie, √©tait √† la recherche d’aventures.

*Mon appareil photo est tomb√© dans une cascade en Nouvelle Z√©lande. J’ai r√©ussi √† lui sauver la vie, mais il y a des t√Ęches sur les photos depuis !*

Laura et Chloé avec leurs sacs à dos, dans le jardin, tenant une pancarte
On n’avait encore jamais voyag√© ensemble, mais on s’est parfaitement entendues pendant cette aventure !

J’avais une seule exigence pour ce voyage : ne pas prendre l’avion. Ayant pris conscience de la pollution engendr√©e par ce mode de transport et ayant d√©j√† largement d√©pass√© mon quota pour l’ann√©e, je voulais me rendre √† ma destination d’une mani√®re plus durable. En bus ou train, il y avait plusieurs destinations accessibles, mais quand je lui ai propos√© quelques destinations au hasard, Laura a soulign√© que “la mani√®re la plus durable de voyager, c’est quand m√™me en stop !”
En jetant un coup d’Ňďil √† la carte de l’Europe, on √©limine les destinations o√Ļ on est d√©j√† all√©es, o√Ļ il fait trop chaud ou trop froid ou trop cher, et on s’arr√™te sur la Slov√©nie.

Allez, c’est parti, on va en Slov√©nie ! La capitale est √† environ 800km de chez nous. On traverse le tunnel du Mont Blanc, le nord de l’Italie et on est en Slov√©nie ! En plus, le pays a quelques 30km de c√īte, et on se dit qu’on pourrait profiter de ces vacances pour faire bronzette ! Reste √† savoir quand on partira : on d√©cide de partir un dimanche pour profiter du traffic du week-end mais quand m√™me avoir une chance de trouver quelque part o√Ļ dormir en route.

Les préparatifs

Pr√©paratifs, un bien grand mot pour ce qu’on a fait ! Une fois la d√©cision de partir prise, on a vaguement v√©rifi√© la disponibilit√© et le prix des auberges de jeunesse (relativement cher), si le camping sauvage √©tait autoris√© (non, en plus il y a des ours) et… c’est tout.
La veille du grand d√©part, pos√©es √† la plage √† Lausanne, on a discut√© un peu du mat√©riel √† emporter et de l’itin√©raire.
Arriv√©es √† Bons le soir, on commence √† faire nos sacs. Il est tard, on n’a aucune id√©e de ce qu’on va faire en Slov√©nie et on se demande : “Et si on n’y allait pas ? On pourrait rester √† la maison et photoshopper nos t√™tes sur des photos typiques pour faire croire qu’on est parties !” L’id√©e √©tait tentante. Tr√®s tentante.

Laura et Chloé lèvent les bras devant un point de vue du Lac de Bled
“Tu sais, sinon, on pourrait photoshopper nos t√™tes sur des photos de Slov√©nie et rester ici…” Heureusement qu’on ne l’a pas fait !

Maintenant, soyons s√©rieuses, est-ce qu’on prend la tente et le r√©chaud de camping ou non ? On se dit que la tente nous permettrait de dormir “quelque part” si on est coinc√©es en stop, et il y a quelques campings sympa dans le pays. Par contre pour le r√©chaud, on avait un peu la flemme de porter tout le matos de cuisine, en plus on ne trouvait pas le camping gaz compact. On se d√©cide √† emporter la tente mais laisser le r√©chaud √† la maison. Au pire on se fera des picnics, ou comme le sugg√©rait un ami, l’argent qu’on √©conomise au camping on le d√©pensera au resto !
On d√©coupe une pancarte en carton et on fixe avec des pincettes nos premi√®res destinations √©crites au marqueur sur des feuilles blanches. Pr√™tes pour l’aventure !

Plat vegan et gnocci au restaurant Biro, à Ljubljana
Manger au resto plut√īt que de se trimballer un camping gaz, quelle bonne id√©e !

Le grand départ !

On se lève le matin, et après un petit déjeuner et la préparation de nos sandwiches, on met nos sacs sur le dos et on franchit la porte. Ça y est, on est parties ! Et à pieds.
On marche jusqu’√† la sortie du village, on pose nos sacs, on exhibe fi√®rement notre pancarte “Italie” et on tend le pouce.
Quelques 10 minutes plus tard, un homme dans la soixantaine s’arr√™te et nous propose de nous conduire jusqu’√† l’entr√©e d’autoroute √† Annemasse, √† 20 minutes d’ici. Parfait !

Chloe tendant le pouce pour faire de l'autostop à la sortie de Bons, son sac à dos sur le sol
D√©part de Bons en stop : “Vous venez d’o√Ļ comme √ßa ? – Bah de Bons !”

√Ä Annemasse, on attend √† l’entr√©e d’autoroute, et beaucoup de personnes nous sourient, font coucou, nous ignorent… On rigole bien ! Mais au bout de 15 minutes, on est toujours sur place, et un conducteur nous fait un signe qu’on est pas dans la bonne direction… En effet, cette entr√©e d’autoroute ne va pas √† Chamonix !

Hilares, on remet nos sacs sur le dos, on traverse la route et on se dirige vers la bonne entr√©e d’autoroute. Il y a des travaux, et on marche 20 minutes avant de trouver un spot dans la bonne direction. Heureusement pour nous, un italien s’arr√™te au bout de 2 minutes et il va √† Chamonix ! En prenant l’entr√©e d’autoroute, on r√©alise qu’on aurait pu marcher √† travers la zone de travaux plut√īt que de prendre la d√©viation des voitures ! Notre conducteur est un fou du volant, il roule √† 160km/h ! De quoi rattraper le temps perdu en marchant : on est √† Chamonix en moins de deux.

Laura tenant une pancarte
Magnifique spot à Chamonix ! On a été prises en moins de 5 minutes.

Stop en Italie

De Chamonix, on prend quelques photos et un van de Norv√©giens nous conduit en Italie. On s’arr√™te √† midi sur une aire sympa, on se balade et on mange nos sandwiches en discutant de la chance qu’on a eue jusque l√†. Apr√®s s’√™tre repos√©es, bien motiv√©es, on se place √† la station essence √† la sortie de l’aire d’autoroute. Et l√†, c’est la mis√®re. Tout le monde nous ignore et nous passe devant sans nous regarder. Laura fait une recherche rapide sur internet : l’autostop en Italie n’est pas une pratique courante, elle est soit m√©connue soit consid√©r√©e plut√īt n√©gativement.

Au bout de pr√®s d’une heure, je fais coucou √† des fran√ßais dans une voiture bien charg√©e. Le conducteur s’approche pour nous demander notre destination. Ils vont en Croatie, et nous proposent de jouer au tetris en s’empilant dans la voiture pour au moins un bout de chemin. On se serre comme on peut, les sacs sur les genoux, et on est reparties ! Les bretons qui nous conduisent sont bien sympathiques, on rigole bien tout le long du trajet m√™me si on cr√®ve de chaud dans la petite voiture surcharg√©e.

Chloe et Laura serrées dans une petite voiture de bretons qui nous ont pris en autostop
“Ah qu’est ce qu’on est serr√©es, au fond de cette bo√ģte !”

On fait quelques recherches pour d√©cider o√Ļ s’arr√™ter pour la nuit, et on d√©couvre un lieu pr√®s de l’autoroute, avec un camping au bord d’un lac. C’est d√©cid√©, on s’arr√™tera au lac de Garde !

Une fois d√©pos√©es √† destination, on installe la tente et on se met en maillot pour une baignade bien m√©rit√©e ! L’endroit est magnifique, et franchement, on s’attendait pas du tout √† √ßa en imaginant notre voyage. Fi√®res d’√™tre arriv√©es ici, on barbote dans l’eau en s’exclamant sur la beaut√© de l’endroit et du super d√©roulement de notre journ√©e.

Port et villa rouge au lac de Garde
On n’a pas pris de photos, mais le lac de Garde √©tait magnifique ! Franchement, qui aurait imagin√© qu’on se serait retrouv√©es l√† ? Pas nous en tout cas !

Pour f√™ter √ßa, on d√©cide de se manger une bonne pizza au restaurant. On est en Italie, on ne va pas repartir sans avoir mang√© de pizza ! Apr√®s √ßa, sur la route, on entend de la musique live et on n’a pas de raison pour ne pas s’installer boire un verre et danser un peu. Ol√© !

Avant de se coucher, comme la dame du camping nous avait dit que la m√©t√©o annon√ßait des orages, on met la deuxi√®me couche sur la tente en esp√©rant ne pas mourir de chaud. A 4h du matin on se faire r√©veiller par des violents coups de tonnerre, de la grosse pluie et un vent violent qui repousse les bords de la tente contre nous. Quelques minutes plus tard, √ßa s’empire, et on se serre l’une contre l’autre dans la tente en repoussant les bords qui nous attaquent.

Je sors mon ukulele pour chanter la s√©r√©nade √† l’orage en esp√©rant qu’il se calme, ou au moins qu’il ne nous inonde pas l’int√©rieur de la tente. Apr√®s une heure, √ßa se calme enfin et on peut se rendormir apr√®s avoir essuy√© les fuites.
Au matin, les grands-parents du camping passent tous nous demander si tout va bien après cet orage, trop adorables !

Deuxi√®me jour : encore l’Italie

On rejoint assez facilement l’autoroute, mais avec les bouchons, on aurait limite mieux fait d’y aller √† pied. La voiture qui nous conduit fait un petit d√©tour, ce qui nous permet de voir un peu la ville.

On sort notre panneau “Venezia” √† l’entr√©e d’autoroute. On ne veut pas aller √† Venise, mais comme c’est sur la route et qu’il y a beaucoup de trafic on s’est dit que ce serait un bon point interm√©diaire. En effet, rapidement, une voiture de jeunes venus d’Espagne, Danemark et Arabie Saoudite s’arr√™te pour nous. On fait un bon bout de route avec eux, et on s’arr√™te √† l’heure du picnic sur une aire d’autoroute avant Venise.

Chloe avec un panneau
J’ai eu peur de br√Ľler, en plein soleil √† la station de p√©age, mais on a √©t√© prises √† temps !

Apr√®s cette petite pause, on se place sous le toit de la station essence, mais on se fait virer par un employ√© au bout de 5 minutes, il para√ģt qu’on a pas le droit de s’abriter sous le toit. Pendant 45 minutes, on regarde les voitures arriver et repartir. Les seules qui auraient bien voulu nous prendre sont trop charg√©es, les voitures vides ne s’arr√™tent pas pour nous. On commence √† d√©sesp√©rer, et quand on voit un gros orage s’approcher on essaie d’√©laborer un plan B : s’abriter dans la station service ? Aller parler aux gens ?

Le ciel noircit √† vue d’oeil, le vent se l√®ve et on aper√ßoit des √©clairs se rapprochant de nous √† une vitesse inqui√©tante. Quand on sent les premi√®res gouttes, on ramasse nos affaires pour aller se mettre √† l’abri, mais un camping car s’arr√™te pour nous !

Laura se tient appuyée contre un poteau, de dos, in face des voitures sortant du parking à une station service en Italie
Sauv√©es √† la minute pr√®s, on n’a pas eu √† affronter cet orage inqui√©tant !

Sauv√©es √† la minute pr√®s, on monte √† l’arri√®re au moment o√Ļ une lourde pluie s’abat sur nous. Nos conducteurs ne vont pas tr√®s loin, mais pour nous, tout nous allait plut√īt que de rester coinc√©es dans cette maudite station service.
L’orage est violent, la visibilit√© sur l’autoroute est presque nulle, et les rafales de vent secouent notre camping car. Il pleut tellement que de l’eau entre par les jointures et trempe les si√®ges du v√©hicule.

On arrive tant bien que mal √† une station service une quarantaine de kilom√®tres plus loin, et on se r√©fugie √† l’int√©rieur. Un poil d√©motiv√©es, on d√©cide de se poser √† l’int√©rieur et de prendre un chocolat chaud, notre panneau pos√© sur la table, en esp√©rant que quelqu’un nous offre un bout de trajet. On rigole avec des fran√ßais qui ont une voiture pleine mais nous proposent quelques astuces, puis quand la pluie se calme un peu on se replace √† l’ext√©rieur.

Apr√®s une longue attente, deux fr√®res italiens, qui se dirigent vers la Croatie, nous proposent de nous conduire jusqu’√† Trieste, o√Ļ on d√©cide de passer la nuit. On arrive en d√©but de soir√©e, et quand la pluie s’arr√™te on installe la tente. Le camping est plut√īt sympa, il y a m√™me une piscine et un restaurant ! Le soir, on se mange une pizza en planifiant la suite de notre voyage.

Laura et Chloe souriant depuis la tente, portant une baguette et une grappe de tomates au camping de Trieste
Bien install√©es au camping de Trieste ! Comme on n’a pas emport√© de r√©chaud, on alterne entre restaurants et picnics.

Pause en Italie : Trieste

Une fois √† Trieste, on a d√©cid√© de passer une journ√©e √† visiter plut√īt que de directement reprendre la route pour la Slov√©nie.
C’est une belle d√©couverte, je suis impressionn√© par l’architecture et l’esth√©tique des b√Ętiments anciens, quelque chose qui m’avait manqu√© en Nouvelle Z√©lande. On se prom√®ne dans les rues pi√©tonnes, et on d√©couvre des ruines au milieu de la ville. On monte au ch√Ęteau pour y d√©couvrir un beau point de vue, puis on redescend dans la ville pour manger des spaghettis. L’apr√®s-midi, on fl√Ęne, puis de retour au camping on se baigne √† la piscine. Autant en profiter !

Fontaine composée d'hommes portant un gigantesque coquillage en fae de grands immeubles à Trieste en Italie
On sait pas si elle est importante mais c’est une belle fontaine en tout cas !
amphith√©√Ętre romain √† Trieste
Au d√©tour d’une rue, on d√©couvre ces ruines d’un amphith√©√Ętre romain.
Laura et Chloe posant devant le chateau de Trieste
Il fait chaud et beau, c’est sympa Trieste !
Chloe et Laura, de dos, face à la mer à Trieste
Trieste est une ville portuaire, on ne peut pas se baigner dans la mer. Quand on √©tait assises l√†, √† se tartiner de cr√®me solaire, un homme bien habill√©, au t√©l√©phone s’approche pour nous demander “Je peux vous aider ?”
Le canal de Trieste, magnifique !
Glace tendue devant une jetée à Trieste
“Mieux vaut prendre une glace que de prendre le bus !” devriendra rapidement notre devise au cours de ce voyage en stop !

Bienvenue en Slovénie !

Requinqu√©es par cette pause italienne, on est bien d√©cid√©es √† arriver en Slov√©nie le jour suivant ! On prend un bus pour sortir de Trieste et on se place sur un arr√™t de bus. L’endroit n’est clairement pas optimal, la visibilit√© est mauvaise et les voitures roulent vite. Malgr√© cela, un couple de soixantenaires s’arr√™te pour nous et nous permet de traverser la fronti√®re !
Attentionn√©s, ils nous d√©posent √† la station de bus de Koper, √† une quinzaine de kilom√®tres de notre premi√®re destination en Slov√©nie. D√©termin√©es √† faire du stop en Slov√©nie, on marche jusqu’√† l’entr√©e d’autoroute, mais apr√®s 30 minutes et deux locations qui n’√©taient pas vraiment bien, on d√©cide de tester un autre spot pr√®s de la route nationale.

C’est midi, et le bord de l’eau est tentant : on change d’avis et on se pose pour pique-niquer au bord de la mer. On est arriv√©es en Slov√©nie !
Apr√®s notre repas, on s’est r√©solues √† prendre un bus. A 3 euros par personne, on se dit que √ßa vaut pas la peine d’attendre au soleil dans un endroit qui marche pas pour le stop.

Chloe, de dos avec un panneau
Ca y est, on est arrivées en Slovénie !

Première destination en Slovénie : Piran

La Slov√©nie a quelques 30km de c√īte, et on s’est dit qu’on y jetterait bien un Ňďil quand m√™me. C’est l’√©t√©, autant aller se baigner et bronzer un peu ! Quand on d√©barque du bus √† Piran, on ne regrette pas : la petite ville est magnifique ! C’est une petit pointe, et de l’extr√©mit√© on peut voir l’Italie d’un c√īt√© et la Croatie de l’autre. On se prend une glace pour f√™ter notre arriv√©e, puis on commence la petite marche qui m√®ne √† notre camping, qui n’est pas √† Piran m√™me mais √† Fiesa.

Une fois la tente install√©e, on met les maillots de bain et on se jette √† l’eau ! On remarque des petites m√©duses transparentes avec un peu de curiosit√© et d’appr√©hension ; il y en a de partout, mais elles n’ont pas l’air bien m√©chantes. On trouve la baignade encore meilleure quand on pense √† combien on a gal√©r√© (et eu de chance !) pour y arriver.

Laura et Chloe, en paréo, devant la tente au camping Fiesa à Piran
Fi√®res d’√™tre arriv√©es en Slov√©nie en stop ! On installe la tente et direct √† la plage !

Le lendemain, c’est visite, baignades, resto et grignotages au bord de l’eau. On trouve un petit march√© et on fait le plein de fruits et l√©gumes frais pour une mis√®re. Ce village a de particulier que malgr√© sa position sur la c√īte, il n’y a aucune plage √† proprement parler. Le bord de mer est am√©nag√© de gros rochers, de pontons et d’escaliers menant √† l’eau. Les gens en tenue de ville c√ītoient les gens en maillot de bain, qui sont parfaitement √©quip√©s pour la bronzette : matelas, transats, parasols… Ils ont tout !
Pour notre dernière demie journée, on se baigne puis on loue des stand up paddle pour flotter au dessus de la mer.

Eglise de Piran surplombant la mer
Le chemin qui m√®ne du camping Fiesa √† Piran longe la c√īte, vue sur l’Italie.
Le toits de Piran, vus d'au dessus avec la mer en arrière plan
Piran, picturesque, avec la Croatie de l’autre c√īt√© de la mer
Laura avec un picnic de tartines d'avocat et tomates sur une petite nappe rose
Puisqu’on √©conomise sur les transports et le logement, on se fait plaisir sur la nourriture ! Tartines fra√ģches aux l√©gumes du march√© et huile d’olive… on se r√©gale !

De Piran à Ljubljana

Le troisi√®me jour, en d√©but d’apr√®s-midi, on d√©cide de prendre le bus pour Portoroz, une ville un peu plus importante √† quelques kilom√®tres de Piran. On rep√®re un spot sur la carte, qu’on rejoint en marchant. Arriv√©es l√†, on se rend compte que la visibilit√© n’est pas tr√®s bonne, mais surtout, que les voitures n’ont pas la place de s’arr√™ter. On d√©cide de tenter le coup pour quelques minutes, et presque imm√©diatement, un jeune couple s’arr√™te pour nous ! Ils vont √† Ljubljana, mais ont pr√©vu un arr√™t en route √† Postojna. Apr√®s quelques recherches, on se dit que les grottes ont l’air bien sympathiques, et ils nous proposent de nous conduire jusqu’√† Ljubljana apr√®s la visite.

Postojna cave stalagmites
On accède aux grottes par un petit train, la densité de formations rocheuses est impressionnante !
Stalagtites postojna
Des milliers de petits stalagtites recouvrent le plafond de cette grottec

Ce qu’il y a √† voir √† Postojna, c’est un syst√®me de grottes gigantesque. On peut les visiter en prenant un petit train √† l’int√©rieur des grottes ! Une fois arriv√©es, on remarque que c’est tr√®s touristique. Des centaines de personnes entrent dans les grottes chaque heure, et on fera la visite parmi un grand groupe de touristes. Malgr√© cela, on est √©pat√©es par la taille des grottes et la densit√© de stalactites, stalagmites et autres formations rocheuses.
Apr√®s la visite, on retrouve le jeune couple, qui nous propose (ou nous emm√®nera de toute fa√ßon) voir un charmant ch√Ęteau install√© dans une grotte sur le bord d’une falaise.

Chateau dans la falaise près de Postojna
Petits arr√™ts innatendus sur la route : on n’avait pas pr√©vu de passer √† Postojna, mais on a ador√© la visite !

Deuxième destination : Ljubljana

A Ljubljana, on a r√©serv√© une auberge de jeunesse. Quitte √† √™tre dans une capitale, autant √™tre proche du centre ! Notre voiture nous d√©pose au sud du centre et on traverse la ville √† pied pour trouver notre auberge au nord. La ville est charmante, le fleuve qui la traverse apporte un peu de fra√ģcheur et une ambiance bien sympathique. On passe la journ√©e suivante √† Ljubljana, et on marche d’un bout √† l’autre de la ville, d√©couvrant l’architecture, les petites boutiques design, les parcs…

Le jour d’apr√®s, on pr√©voit de partir en d√©but d’apr√®s-midi. C’est dimanche, et le march√© central n’est pas ouvert mais une brocante d’antiquit√©s a lieu le long du fleuve. On d√©couvres des objets de l’ancienne Yougoslavie, des petites bricoles… Apr√®s cette balade on mange dans un snack bio et on reprend la route !

Laura fait un c√Ęlin √† la carte de Ljubljana
Ljubljana est une petite capitale de 250 000 habitants. La majorité du centre est piétonne et on parvient à se déplacer à pied sans peine.
Au centre de Ljubljana, un petit ch√Ęteau sur la colline.
post office Ljubljana
Les b√Ętiments sont beaux, y compris celui de la Poste !
Calvin and Hobbes à Ljubljana
Dans un parc et dispers√©es autour de Ljubljana, des petites stations de lecture permettent de se reposer √† l’ombre d’un arbre, dans un transat.
Laura avec des jumelles vintage
On trouve de bien curieuses choses à la brocante !

De Ljubljana à Bled

Pour sortir de Ljubljana, on rep√®re un spot o√Ļ les routes du centre-ville rejoignent la grande route puis l’autoroute de Ljubljana √† Bled. On marche jusque l√†, puis on se rend compte que la majorit√© de la circulation se trouve sur la route venant du sud. On se d√©place sur le terre plein central de cette route l√†, juste avant le feu rouge. En moins de deux minutes, une voiture d√©capotable occup√©e par un jeune couple Slov√®ne s’arr√™te et nous propose de nous conduire jusqu’√† notre destination¬† !

C’est la premi√®re fois que des Slov√®nes nous prennent en stop. Ils reviennent de 3 ans √† l’√©tranger, et on discute de leur culture, du travail et des paysages. Cet √©change nous permet d’en d√©couvrir plus sur le pays ! On roule sur la nationale plut√īt que l’autoroute, ce qui nous permet de voir plus de paysage. Les montagnes ressemblent beaucoup √† celles de la Suisse, on se croirait chez nous !
Notre conducteur habite près du camping et fait un petit détour pour nous y conduire. Encore mieux que le bus !

Troisième destination en Slovénie : Bled

Le lac de Bled est une grosse destination touristique, autant pour les √©trangers que les locaux qui cherchent √† s’√©chapper de la capitale quand il fait chaud. Le camping est situ√© au bord du lac, il est vaste et entour√© de for√™t. On s’installe et on va se baigner dans l’eau fra√ģche.

Baigneuse devant l'√ģle du lac de Bled au camping
On fait presque tous nos repas au bord de l’eau. Il fait frais √† Bled. Nous, on est en pull, mais une courageuse se jette √† l’eau au coucher du soleil.

Le lendemain, on grimpe aux points de vue sur le lac et sa petite √ģle si particuli√®re. Laura gambade, mais moi je suis √©puis√©e.

L’apr√®s-midi, on d√©cide d’aller voir les gorges de Vintgar, √† 5km de l√†. C’est pas si loin mais on a d√©j√† bien march√© aujourd’hui et si on ne prend pas le bus, on √©conomise assez d’argent pour s’offrir un petit g√Ęteau √† la cr√®me, la sp√©cialit√© locale. Une famille belge nous conduit aux gorges, on rigole bien avec eux. Au retour, m√™me pas le temps de les attendre, un couple hollandais nous conduit avant que la famille ne finisse sa balade. Une fois √† Bled, on mange du fast food sur une terrasse √©tonnament classe, puis on va¬† go√Ľter le g√Ęteau √† la cr√®me renomm√©.

Lac Bled vu de Mala Osojnica
Les points de vue se méritent ! La randonnée nous a bien fait transpirer, mais la vue en valait la peine !
Vintgar gorges
Un peu de fra√ģcheur aux gorges de Vintgar

Pour notre dernier jour, on loue encore une fois des stand up paddle pour faire le tour de l’√ģle, puis on se pose sur l’herbe au bord du lac. Je joue du ukulele et une petite fille adorable crie “Bravo ! Encore !”. Au moment o√Ļ on d√©cide de partir, ses parents remarquent qu’on veut aller √† Ljubljana et nous proposent de nous conduire !

Le retour

A Ljubljana, lorsqu’on revient, il fait extr√™mement chaud. On se fait d√©poser au jardin botanique, puis on remonte au centre et on se pose √† une terrasse pour boire un cocktail pour c√©l√©brer notre incroyable voyage. Le soir, on prend un bus de nuit pour Milan o√Ļ on passe une nuit, puis le lendemain on prend un covoiturage pour rentrer √† Gen√®ve. Le stop, c’√©tait bien sympa pour venir, mais on a bien compris qu’en Italie, c’√©tait pas si facile que √ßa !

Milano

Puisqu’on doit transiter par Milan, on a d√©cid√© d’y passer une journ√©e pour visiter et faire du shopping ! On arrive tr√®s t√īt, mais il fait d√©j√† chaud. On passe poser nos sacs √† l’auberge de jeunesse, on se change, fait une petite sieste et prend le petit d√©jeuner.
Une fois requinqu√©es, on part explorer les lieux cultes de la capitale de la mode. On a plein de petits points sur la carte, et on veut tout voir ! En milieu de journ√©e, il fait extr√™mement chaud : plus de 36 degr√©s ! On rentre faire une petite sieste, mais on s’endort jusqu’au soir. Quand on sort, il fait toujours bien trop chaud. Heureusement qu’on est pas sorties avant !

Gallerie à Milan
Les boutiques chic pullulent √† Milan, o√Ļ tout le monde semble bien s’habiller. On a trouv√© des petites boutiques pour acheter des robes “Made in Italy” pour faire comme les locaux !
Laura souriant devant le Duomo avec un pigeon volant par dessus sa tête
Laura se fait parfaitement photobomber par un pigeon devant le Duomo. La place était bien trop touristique, et des hommes jettaient des graines aux pigeons devant nous pour réclamer des sous. Infernal.
Laura devant la Scala
Au th√©√Ętre de la Scala. On a test√© une exp√©rience immersive de visite avec les lunettes de r√©alit√© virtuelle, j’ai ador√© !
I found L.O.V.E. in Milano
Pas une photo de vacances typique… Une statue intitul√©e L.O.V.E. en face de la bourse de Milan

Au quartier Naviglio, on d√©couvre le concept Milanais d’ap√©ro. Au bord du canal, plusieurs caf√©s proposent l’aperitivo : avec son cocktail, on a acc√®s √† un buffet illimit√© de l√©gumes marin√©s, foccacia, p√Ętes… Un vrai festin ! On se fait plaisir, heureuses d’avoir d√©couvert cette coutume sur la route.

canal naviglio
Oui, un canal √† Milan, qui procure de la fra√ģcheur √† ces rues chaleureuses du quartier Naviglio !

Le lendemain, on se l√®ve t√īt pour √©viter la chaleur, et on repart visiter le Duomo et la Scala et quelques autres quartiers. Apr√®s midi, on se rend √† la gare centrale ou notre chauffeur de covoiturage nous attend, et c’est parti pour quatre heures de route de Milan √† chez nous ! Cette fois ci on est certaines d’arriver √† destination ūüôā

Et nous voil√† rentr√©es d’un incroyable voyage dont je retiendrai notre devise : “Mieux vaut se prendre une glace que de prendre le bus !”.
Comme quoi, on peut voyager avec peu d’argent en faisant confiance aux gens, mais on peut aussi se faire plaisir en r√©investissant cet argent dans de la bonne nourriture. On peut essayer de sauver la plan√®te en √©vitant de prendre l’avion, et en plus on d√©couvre des endroits sympa en route ! J’ai beau avoir fait des dizaines de voyages, celui-ci √©tait particuli√®rement incroyable !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *